10 ans de Festival Offscreen : 3 moments marquants

Se déroulant un mois avant le Festival International du Film Fantastique de Bruxelles, le festival Offscreen débutera le 8 mars prochain pour sa 10ème édition. Ce festival a une saveur toute particulière pour moi. Flash-back en trois dates sur cet étrange festival.

C’est en 2010 que j’ai croisé la route du génial Jess Franco, venu en tant qu’invité d’honneur avec sa compagne et muse Lina Romay. Je me souviens notamment de cette scène surréaliste où le réalisateur de Vampyros Lesbos et ancien assistant d’Orson Welles rencontra l’entarteur Noël Godin sous l’œil amusé de Daniel Lesoeur, le patron d’Eurociné, célèbre société de production française spécialisée dans le cinéma d’exploitation.

Daniel Lesoeur : – Je vous présente l’entarteur de Bernard-Henri Levy !

Lina Romay : – Ah ! Alors là bravo, je vous félicite.

À l’issue de la projection de Ilsa : ultimes perversions, avec l’icône de la nazisploitation Dyanne Thorne dans le rôle principal, Noël Godin regagna ses pénates, nous gratifiant de sa mémorable interjection : « Bon dodo ! »

Un moment épastrouillant de complicité que j’avais réussi à fixer grâce à un téléphone mais qui a totalement disparu, victime de la vengeance ou de la bêtise d’une ex. Idiotie d’autant plus dérisoire que ce couple inséparable se quitta à quelques mois d’intervalle : l’une victime d’un cancer, l’autre d’un AVC.

Jess Franco et Lina Romay au Festival Offscreen en 2010.

Un an plus tard, en 2011, après une avant-première underground, la projection d’un film porno et l’exhumation de véritables pépites, le festival Offscreen réussit à créer un moment d’anthologie avec la venue du légendaire Monte Hellman. Réalisateur de deux westerns existentialistes avec le tout jeune Jack Nicholson, monteur pour Sam Peckinpah et producteur exécutif du Reservoir Dogs de Tarantino, ce parangon de droiture faisait son grand retour après plus de 20 ans d’absence avec Road to nowhere, présenté en avant-première au festival Offscreen. Voici d’ailleurs un moment inoubliable que j’ai pu partager avec ce grand réalisateur malgré une grippe qui l’avait contraint à annuler plusieurs interviews :

Un an après l’apocalypse prédite par les Mayas, le Offscreen se devait de marquer l’année 2013 par une édition de pure jouissance cinéphilique. John Waters était présent à l’Offscreen pour une superbe rétrospective, avec comme point d’orgue son one man show This Filthy World, suivi par la projection de Polyester en odorama dans la magnifique salle de Bozar. Un écrin parfait pour ce pape du trash.

One man show de John Waters (This Filthy World) dans la salle du Bozar.

Il est temps maintenant de fêter comme il se doit la 10ème édition de ce festival hybride, qui j’en suis sûr nous réserve encore pas mal de surprises. Durant plus de deux semaines, le festival investit quatre lieux différents au centre de Bruxelles : le Cinéma Nova, la Cinematek, le Bozar et le Cinéma RITCS. Dans ces salles seront projetés des films réalisés par de grands noms. On y retrouvera entre autres Walerian Borowczyk, Takashi Miike et Kiyoshi Kurosawa.

La 10ème édition du Festival Offscreen aura lieu du 8 au 26 mars. Rendez-vous sur le site du Festival Offscreen pour plus d’informations.

Tags from the story
Written By

Comédien, metteur en scène et réalisateur travaillant pour l'asbl La Roulotte Théâtrale. Passionné de cinéma, de théâtre et de littérature, j'ai des projets plein la tête !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *