10 ans d’Ecritures au Centre Belge de la Bande Dessinée

« En automne 2002, Écritures voyait le jour aux éditions Casterman. Sous une couverture crème unie, Quartier lointain de Jirô Taniguchi et L’Autoroute du Soleil signé Baru, étaient les premiers titres d’une nouvelle collection. En peu de temps, elle allait devenir la référence absolue d’un genre aussi moderne qu’universel, le roman graphique. Dix ans plus tard, la collection Écritures compte près de 80 titres et de nombreuses œuvres qui font référence.

Dans un format original qui n’interdit ni l’ampleur ni l’exigence, Écritures accueille à la fois des nouveaux talents et des traductions d’œuvres étrangères remarquables par leur ambition, leur qualité ou leur ampleur narrative. Récits intimistes réunissant la fine fleur de la création actuelle, chaque nouvel opus est un regard différent sur le siècle, nourri par le talent d’auteurs qui s’y livrent totalement, en noir et blanc ou en couleurs, sur deux cents pages ou plus du triple. Comme le note Benoît Peeters qui en fut l’initiateur, la Collection Écritures a été et continue d’être un espace où le récit peut s’exprimer à plein et en toute liberté.

Avec cette exposition, le Centre Belge de la Bande Dessinée salue une initiative unique qui, par son ampleur et la diversité des œuvres qui la composent, rend davantage encore universel le langage de la bande dessinée, démontre sa modernité, le souffle littéraire qui le traverse et enfin, par l’humanité au cœur de chaque œuvre, de sa pertinence à porter témoignage. »

Le cadre est magnifique, l’ancienne manufacture textile dessinée par Victor Horta accueille depuis un peu plus de 20 ans maintenant le Centre Belge de la Bande Dessinée (CBBD). On y retrouve les expositions permanentes du CBBD et l’exposition sur Walthéry (présente jusqu’au 04 février 2013). Et puis à côté de l’exposition sur le dessinateur de Natacha, Benoît Brisefer et Rubine (entre autres), on trouve une nouvelle exposition. Cette dernière a été inaugurée le 04 décembre 2012 et tiendra place jusqu’au 08 avril 2013.

Depuis le changement de direction, le CBBD sort de plus en plus de la BD franco-belge traditionnelle pour présenter de la BD hors des sentiers battus. C’est donc la collection Ecritures (Casterman) qui prend place au dernier étage du centre. Alors me direz-vous, qu’est-ce que cette collection peut avoir de si spécial ? Eh bien, premièrement elle a dix ans et compte environ 80 ouvrages. Deuxièmement, ce ne sont pas des histoires classiques qu’on peut y trouver. N’espérez pas y trouver des œuvres en 48 ou 64 pages, il vous faudra être bien plus patient. En effet, cette collection fait la part belle à un genre bien particulier : le roman graphique.

Le roman graphique c’est, en quelque sorte, un roman en image. De ce fait, il n’y a pas de format bien défini, les ouvrages peuvent aller de 100 à 600 pages. Si lors de la sortie des premiers tomes de la collection, ce n’était pas une révolution de genre dans le monde de la BD, Ecritures a réussi à imposer un style graphique, reconnaissable entre tous. La collection s’est aussi ouverte à des auteurs de toutes les nationalités, en sortant de facto du modèle la BD « franco-belge » tant sur le fond que sur la forme. Elle a également révélé des talents et permis à d’autres auteurs confirmés de s’exprimer dans un format peu fréquent de la bande dessinée. La collection a également permis d’amener à la BD des gens qui ne juraient que par le roman, ou encore d’amener au manga (occidentalisé certes) certains qui ne voyaient pas l’intérêt de cette forme d’histoire.

 

A travers cette exposition, le CBBD rend hommage à l’une des collections qui présente le plus de diversités, tant au niveau des nationalités représentées, qu’au niveau des histoires. Elle met aussi à l’honneur un style bien particulier qui, bien qu’il soit proche de la bande dessinée, se rapproche fortement du roman classique.

En tant que néophyte dans le domaine, je dois bien avouer que j’ai découvert un genre passionnant. Une forme de BD qui permet à l’auteur une grande liberté, tant dans le rythme de l’histoire que dans l’agencement des dessins et des cases. Au début de la visite, on (ré)explique le genre du roman graphique, et on peut ensuite admirer un grand nombre de planches originales, dont six de Taniguchi (les amateurs apprécieront cette rareté). A la fin de l’exposition deux bancs permettent de s’asseoir et de lire six exemplaires de la collection. Une façon de découvrir encore un peu mieux la collection ou les romans graphiques en général.

Que l’on soit simple amateur de BD, amateur de roman graphique ou néophyte complet, cette plongée dans la collection Ecritures est, en plus d’être bien mise en valeur, très intéressante. Et en plus en y allant, vous pourrez visiter l’ensemble du CBBD, ce qui, juste pour le bâtiment en soi, est déjà magnifique.

Dix ans d’Ecritures, du 4/12/2012 au 8/4/2013, au Centre Belge de la Bande Dessinée, Rue des Sables 20, 1000 Bruxelles. Entrée 8€, Etudiants 6€.

Plus d’infos sur le Centre Belge de la Bande Dessinée

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *