108 Rois-démons

108 Rois-démons, animation sino-franco-belgo-luxembourgeoise, laisse perplexe voire indifférent. L’équipe du film a soigné la présentation mais négligé quelque peu le scénario.

108 Rois-démons terrorisent la Chine du onzième siècle et ont assassiné l’empereur. Cette propagande sert le régent de l’Empire au détriment de la famille régnante. Le jeune prince doit fuir, aidé par un sage. Pendant ce temps, des parias doués pour la bagarre joignent leurs forces pour se protéger car ils sont avidement recherchés. Les hors-la-loi croisent le chemin du jeune Chinois et décident d’assister l’enfant pour que celui-ci récupère sa place à la tête du pays.

108 Rois-démons

108 Rois-démons s’inspire d’un conte chinois. Mais cette histoire n’a rien d’un conte. Le conte ne sert que de point de départ. Puis, le spectateur regarde un film assez banal avec pour héros un jeune prince et un groupe de parias. Le film manque de rebondissements. Il manque aussi de complexité. Il manque également de subtilité. Dans le contenu de l’histoire, on perd même de vue la culture chinoise. Oui, avec les décors, la nourriture, le spectateur ne s’y trompe pas, il sait où il est. Mais du point de vue du comportement des protagonistes, le scénario peine à trouver des d’idées. Tous se comportent comme des Occidentaux de notre époque… Bref, au niveau du fond, il n’y a pas grand chose à dire si ce n’est que le schéma narratif est respecté à la lettre, parce qu’il faut une histoire, tout de même.

Sur la forme par contre, même si les voix françaises (avec accents à l’appui) font tache, l’équipe n’a rien laissé au hasard. Les plans mélangent de vrais acteurs, des images de synthèse (le motion picture est devenu la norme), et des dessins. Pour moi, les créateurs ont réussi leur pari. Les paysages immergent le spectateur dans la Chine du onzième siècle. Ils subliment cette Chine ancienne. Le réalisme frappe avec les vêtements surtout. Les mouvements font vrais. Étonnamment toutefois, les visages ne suivent pas toujours. Ont-ils été réalisés par les mêmes créateurs ? La différence de qualité s’explique difficilement. Il en va de même pour la nourriture ingérée : elle n’entre pas toujours dans la bouche des héros… De plus, les bagarres font des morts mais le sang ne gicle pas.

108 Rois-démons vise de toute évidence un public jeune ou très jeune. Les enfants aimeront. Quant aux parents, ils ne ressortiront pas de la salle en pleine séance. En revanche, ils resteront peut-être de marbre, malgré les quelques pointes d’humour qui relèvent un peu le film.

Written By

Professionnelle, avec deux ans d'expérience dans le journalisme et un master en journalisme (EJL).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *