22/11-31/01 – Moyens du Bord – Galerie Lumières d’Afrique

Mais qui est ce Grandsinge?

Bers Grandsinge est né en 1955, à Mangai, actuellement République Démocratique du Congo. Il commence à dessiner dès l’école primaire à Mangai, sa ville d’origine, poursuivra ses humanités artistiques à Kanango puis sera gradué en Arts plastiques de l’Académie des Beaux-Arts de Kinshasa. Au cours d’un voyage aux Etats-Unis en 1985, Bers fait la connaissance de l’artiste Franco, ayant pour surnom Franco the Great, « le Picasso de Harlem ».  Ce dernier l’introduit à Jean- Michel Basquiat qui appellera Bers « le plus grand singe d’Afrique ». Un surnom qui lui est  resté jusqu’à ce jour. Dans le courant de la même année, Bers décide de s’installer à Bruxelles, et est le premier artiste contemporain congolais à vivre dans notre capitale. Il expose à Bruxelles pour la première fois en 1987, dans la galerie de Louis Hutse.

Bers est un peintre de la débrouille, comme il se décrit lui-même, c’est-à-dire qu’il travaille avec les moyens du bord. Il peint sur des planches en bois, des bidons en plastique, du matériel de récupération. Selon Grandsinge, « La philosophie de la débrouille est basée sur l’utilisation des moyens du bord – matériaux de récupération notamment – afin d’obtenir un résultat positif. C’est l’art d’extérioriser nos qualités potentielles en cultivant l’esprit de la créativité et en défiant les repères établis ».

Dans de nombreuses installations, fresques ou toiles qu’il peint, il multiplie de curieux personnages stylisés à l’extrême, qui peuplent l’univers unique de sa création. Ses œuvres sont rarement abstraites, et surtout figuratives. Il nous entraîne dans sa vision d’images de corps humains entremêlés avec de la végétation, des lianes et des éléments parfois surréalistes. Il y a même une touche d’humour et d’étonnants jeux de mots.

Sa technique particulière est une couche de fond de vernis polyuréthane, qu’il recouvre d’une peinture à l’huile traditionnelle, en tube. La réaction chimique entre les deux peintures produit un surprenant effet craquelé, les surfaces sont parsemées de petites rides, de petites gerçures comme l’aspect d’un vieux cuir patiné. Ce mélange de « colle », dont il est l’inventeur, est son secret. Quand on le questionne à ce sujet, il ajoute également avec une pointe d’ironie : C’est de la magie…. Les œuvres ont des titres, comme par exemple « L’Inauguration du pont Kin-Brazza » censée se passer quelques siècles après Grandsinge. D’autres toiles évoquent les Brusseleirs ou font allusion à des faits d’actualité au pays de la frite. C’est avec force et originalité que Bers délivre son message à travers ses créations: Montrer l’Homme à travers toute son existence.

Du 22/11 au 31/01/2014 à la Galerie Lumières d’Afrique, 200 Chaussée de Wavre, 1050 Bruxelles (+32 (0) 484 95 26 94). Les horaires d’ouverture sont du mercredi au dimanche inclus de 14h à 20h; lundi/mardi sur rendez-vous.

galerie lumières d'afrique logo

Plus d’infos sur lumieresdafrique.eu  et aussi sur la page Facebook.

Tags from the story
Written By

I'm always curious about new things, I love learning and I'm a creative person. That means I need to use my creativity to feel good and happy. That's why I've created Culture Remains and my other website, Naïra.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *