24/04 – Hannah Arendt

L’Etudiante préférée de Martin Heidegger (Hannah Arendt) décide de couvrir le procès d’Eichmann pour le New Yorker. La plupart des juifs présents au procès voient l’officier nazi comme un monstre. Mais ce n’est pas ce que pense la philosophe juive allemande et celle-ci décide de partager son opinion. Son simple compte rendu devient un travail sur la banalité du mal et une énorme polémique…

Rien à dire sur la réalisation du film, assez simple en soi mais très profond pour nous. Une des touches d’originalité est que l’on retrouve des images d’archives du procès. Cela permet de montrer que le caractère d’Eichmann n’a rien d’exagéré. Le choix de la réalisatrice a été ponctué aussi du fait qu’il aurait été compliqué de jouer de manière crédible une telle imbécilité méchante. Pourtant dans le genre « rôle compliqué à jouer », celle d’intégrer le corps d’un philosophe remporte aussi son prix. Mais Barbara Sukowa nous offre un visage transparent de sa réflexion et nous affiche à tous son talent.

Quant au scénario, que Margarethe von Trotta (la réalisatrice) a travaillé avec Pamela Katz, il est aussi bon en anglais qu’en allemand. Chaque dialogue met en œuvre toutes les facettes de la personnalité complexe d’Hannah Arendt. Mais pas seulement ! On parle d’elle, d’Eichmann, du mal, de la responsabilité et plus encore…

Ce biopic dramatique produit en 2012, et qui sort ce 24 avril, est complet et réussi ! C’est une preuve que la philosophie peut s’accommoder avec le cinéma sans aucun problème…

Written By

Hallo! Je suis une Étudiante en Philosophie, une Grande Voyageuse, une Jeune critique et une Rédactrice pour plusieurs blogs/journaux... Je vous conseille en films, pièces, livres et voyages! D'ailleurs, je vis actuellement au pays du sirop d’érable... Tchuss! :)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *