24h01, un besoin urgent de solidarité et de pérennité

Le mook 24h01, dont nous vous avons déjà parlé ici et a besoin d’aide de façon urgente. Pour assurer sa pérennité, son équipe est à la recherche d’un coup de pouce de près de 50 000 € d’ici au 3 août 19h30 (et bonne nouvelle, depuis l’annonce de cet appel à l’aide, déjà 40 000 € ont été récoltés grâce à l’aide généreuse de lecteurs passés ou futurs). On vous présentait ce magazine séduisant en ces termes :

Premier mook belge, à la manière des Français de XXI, une large place y est laissée à de longs et beaux récits sur 200 pages, rassemblant des journalistes, des illustrateurs, des photographes ou des écrivains qui prennent le temps de raconter des histoires qui méritent d’être racontées. Tous les six mois, à distance du flux étouffant de l’actualité médiatique, les auteurs prennent le temps nécessaire pour offrir aux lecteurs le recul suffisant pour pouvoir commencer à comprendre et à digérer les informations. S’il ne s’agit donc pas de textes de fiction, mais bien d’écrits en prise avec la réalité, cela n’empêche pas que la lecture soit agréable, que les images soient de qualité et que l’objet soit plaisant à manipuler, que ce soit pour s’occuper dans les transports en commun ou pour prendre le temps nécessaire pour souffler et se détendre, en s’immergeant dans un article et en se laissant conter une histoire vraie, parfois on ne peut plus sérieuse, parfois avec une douce légèreté.

Comme de nombreuses personnes sur les réseaux sociaux, l’acteur et réalisateur Bouli Lanners a relayé cet appel à l’aide :

Il reste donc à peine quelques jours à 24h01 pour récolter un peu moins de 10 000 €, somme nécessaire pour garantir sa pérennité et l’accès à des aides structurelles.

Si vous voulez contribuer, n’hésitez pas à acheter un (ou plusieurs, ou l’ensemble) des anciens numéros sur leur boutique en ligne, ce qui les aidera à faire vivre ce beau projet, et vous donnera accès à des numéros qui peuvent se lire des mois ou des années après leur parution sans aucun problème, le mook étant un format hybride entre le livre et le magazine, fait pour durer et bien vieillir.

Tags from the story
Written By

Je n'aime pas parler de moi. Ce qui ne devrait pas être un problème vu que c'est peu probable que vous vouliez lire sur ce sujet. Par contre, j'aime bien écrire sur tout ce qui suscite ma curiosité, m'amuse ou m'interpelle. Parfois aussi les trucs que j'aime pas, pour vous mettre en garde, ou vous effrayer. Dur à dire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *