LA SÉLECTION OFFICIELLE du 67ème Festival de Cannes

Même si « la sélection idéale n’existe pas » selon les mots de Gilles Jacob, président sortant Festival de Cannes, c’est une sélection tout à fait enthousiasmante que nous ont présentée Thierry Frémaux et Gilles Jacob ce 17 avril lors de la conférence de presse du 67ème Festival de Cannes donnée à l’UGC Normandie à Paris. Cette année ce sont pas moins de 1800 longs métrages qui ont été soumis au comité de sélection. 49 films ont été retenus, dont 18 films en compétition officielle, une liste pouvant encore varier dans les prochains jours, Thierry Frémaux rappelant que « la technologie numérique offre des films de plus en plus tardivement ».

Avec 28 pays représentés et 15 réalisatrices (une précision loin d’être anodine quand on connaît les accusations de sexisme dont souffre chaque année le festival), Thierry Frémaux a présenté cette 67ème Festival de cannes comme « un voyage dans le cinéma et un beau voyage dans le monde tout court ».

Un Certain Regard voit l’arrivée à Cannes de trois acteurs – réalisateurs et marque ainsi le retour sur la Croisette (après TOURNÉE) de Matthieu Amalric avec LA CHAMBRE BLEUE, adaptation de l’œuvre de Simenon avec Léa Drucker et produit par Paulo Branco.

La vénéneuse Asia Argento devrait enflammer les marches aux côtés de Charlotte Gainsbourg avec L’INCOMPRISE (hommage au film de Comencini ?) avec l’histoire de Aria, 9 ans, qui a un rêve: celui d’être aimée par ses parents. Un film vraisemblablement très personnel (Aria étant le vrai prénom de Asia) sur l’enfance de la fille de Dario Argento.

Ryan Gosling, après avoir fait sensation sur la Croisette en 2011 dans le rôle du chauffeur sans nom dans DRIVE et absent du festival l’an dernier (malgré ONLY GOD FORGIVES en compétition), passe pour la première fois à la réalisation et dirige Christina Hendricks (sa partenaire dans DRIVE) dans LOST RIVER dont l’action se déroule dans une ville qui se meurt et qui va entraîner Billy, mère célibataire de deux enfants, dans les bas-fonds d’un monde sombre et macabre.

Si Un Certain Regard marquera la présence de vedettes passées à la réalisation, on remarquera aussi la présence de réalisateurs plus confirmés. Pascale Ferran, dont le troisième film BIRD PEOPLE (sortie prévue le 4 juin) était pressentie en 2013, le présentera finalement cette année. Le sujet se déroule en région parisienne, dans une zone de transit aéroportuaire où se croisent des voyageurs et des riverains, leurs espoirs et leurs doute,s et réunira Anais Demoustier et l’Américain Josh Charles. On devrait également entendre parler de Wim Wenders qui présentera son documentaire THE SALT OF THE EARTH (15 octobre 2014) à Un Certain Regard et (re)présentera dans le cadre de CINE CLASSICS la restauration de PARIS TEXAS, son film primé il y a 30 ans.

En ce qui concerne la compétition officielle, 4 films français seront en lice, parmi les 18 que compte la sélection. Parmi eux, on notera les retours de Bertrand Bonello avec SAINT LAURENT (le 14 mai en salles), le nouveau biopic sur le célèbre couturier avec « une surprise au casting » promet Thierry Frémaux; ou encore de Michel Hazanavicius avec THE SEARCH interprété par son inséparable Berenice Béjo qui incarnera une membre de l’ONG pendant le conflit Tchétchène. Olivier Assayas revient avec SILS MARIA, un drame se situant dans le monde du spectacle et certainement le plus féminin des films de la compétition avec son trio d’actrices ( Juliette Binoche, Kristen Stewart et Chloë Grace Moretz ). Jean-Luc Godard, cinéaste de la Nouvelle Vague, prouvera qu’il reste à 83 ans le plus moderne des réalisateurs avec ADIEU AU LANGAGE (le 25 juin en salles), un film qui s’annonce déjà troublant et surprenant sur un chien qui parle … tourné en 3D.

Le cinéaste turc Nuri Bilge Ceylan, abonné au grand prix, revient en Anatolie (après Il ÉTAIT UNE FOIS EN ANATOLIE) à travers un couple dirigeant un hôtel dans SOMMEIL D’HIVER.

Les frères Dardenne obtiendront-ils leur troisième Palme (après ROSETTA en 1999 et L’ENFANT en 2005) avec 2 JOURS 1 NUIT ce western made in Belgium dans le monde du travail avec Marion Cotillard? On ne cache pas notre curiosité de découvrir les Dardenne faire appel pour la première fois à une comédienne célèbre. Ce qui fait de ce film un événement attendu sur la Croisette.

Excellente nouvelle pour le cinéma britannique qui nous offrira un face à face british entre Mike Leigh (avec MR TURNER, biopic sur le célèbre peintre) et Ken Loach (JIMMÝS HALL, film sur James Gralton, l’activiste irlandais) tous deux en compétition au Festival de Cannes pour obtenir (peut-être) leur deuxième Palme…

Trois Canadiens seront en lice parmi les 18 réalisateurs annoncés: Rosario Dawson et Ryan Reynolds seront dans CAPTIVES de Atom Egoyan (Grand Prix en 1997 pour DE BEAUX LENDEMAINS), un thriller glacial dans les montagnes enneigées de l’Ontario autour de l’enlèvement d’une petite fille qui sortira le 1er octobre.

Retour également au Festival de Cannes pour David Cronenberg avec MAP TO THE STARS (21 mai) qui après COSMOPOLIS met à nouveau en scène Robert Pattinson dans le rôle d’un chauffeur mutique d’une famille de millionnaires. Une plongée dans l’envers du décor du rêve hollywoodien et de l’obsession de la célébrité pour ce film, brûlot contre la société médiatique, qui promet d’être saignant à la Cronenberg.

Xavier Dolan entre dans la cour des grands avec MOMMY, le portrait d’une veuve reprenant la garde de son fils difficile et impétueux. Il figure parmi les plus jeunes réalisateurs jamais sélectionnés en compétition (aux côtés de l’Iranienne Samira Makhmalbaf, sélectionnée à 20 ans et prix du Jury avec LE TABLEAU NOIR). Cette annonce c’est un peu la revanche du jeune prodige. On se souvient il y a deux ans, Dolan avait manifesté son mécontentement de ne pas être en compétition avec son film LAURENCE ANYWAYS mais « seulement » à Un Certain Regard. A 25 ans, s’il obtient la Palme d’or tant convoitée, il sera le plus jeune lauréat de l’histoire de Cannes (un record détenu aujourd’hui par Steven Soderbergh qui a obtenu le prix à 26 ans pour SEXE, MENSONGES ET VIDÉO).

Notons que Naomi Kawase avec son film DEUX FENÊTRES (STILL THE WATER) sera cette année la seule femme en compétition officielle après Valérie Bruni Tedeschi l’an passé. STILL THE WATER raconte l’histoire d’un petit garçon de 14 ans qui découvre, lors d’une nuit de pleine lune, un cadavre dans la mer. Si la réalisatrice japonaise obtient la Palme, elle sera la deuxième femme après Jane Campion (LA LEÇON DE PIANO) à décrocher le précieux trophée après avoir été la plus jeune lauréate de la Caméra d’Or en 1997 avec son premier long métrage, SUZAKU.

Prix du Scénario et Prix d’interprétation en 2005 (TROIS ENTERREMENTS) Tommy Lee Jones va revisiter le western avec HOMESMAN, une fresque poétique sur la face cachée de la conquête de l’Ouest américain avec Hilary Swank en pionnière volontaire et Meryl Streep prête à affronter les terres hostiles de l’Ouest.

Beaucoup de grands noms et peu d’inconnus donc, pour cette 67ème édition, mais qui n’altère en rien notre ferveur et notre curiosité pour ce rendez-vous annuel du cinéma mondial. Parmi ces quelques habitués et célébrités, on retiendra, malgré tout, quelques inconnus à suivre de près, car ce sont souvent aussi les plus belles surprises de Cannes, comme l’Argentin Damián Szifron et son film  WILD TALES produit par Pedro Almodovar ou l’ Iitalienne Alice Rohrwacher et son film LA MERVEILLE (Le Meraviglie).

Pour finir et pour faire taire les rumeurs, Thierry Fremaux et Gilles Jacob ont précisé que si Terrence Malik (Palme d’Or pour THE TREE OF LIFE en 2011) n’était pas en compétition cette année au Festival de Cannes, c’était tout simplement parce que son film n’était pas terminé, tout comme celui de Emir Kusturica. Sur le retrait de la compétition par Fatih Akin de son film THE CUT (troisième opus qui clôt sa trilogie sur les rapports humains après HEAD ON et DE L’AUTRE CÔTÉ), aucune précision n’a été apportée si ce n’est qu’il s’agissait de la part du réalisateur de raisons purement personnelles…

En attendant d’autres films devraient venir compléter cette sélection du 67ème Festival de Cannes d’ici quelques semaines. A suivre…

Tags from the story
Written By

Atteinte de cinéphilie aiguë, Lorraine Lambinet, fille de projectionniste, a passé son enfance dans les salles obscures. Titulaire d'une Maîtrise Arts du Spectacle et Écrits Cinématographiques, elle a touché à tous les domaines du 7ème Art aussi bien à la programmation (Festival Quais du Polar, Courts du Polar), l'exploitation (Projectionniste), la réalisation (Assistante réalisatrice) ou la production (Assistante de production long-métrage ). Aujourd'hui, elle est Directrice d'un cinéma en région parisienne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *