A perdre la raison

« Entre Murielle et Mounir, il y a la passion. Mais entre Mounir et Murielle, il y a aussi le Docteur Pinget, père adoptif de Mounir et encombrant chaperon à la générosité démesurée. Tellement généreux qu’il leur paye le voyage de noces et les laisse emménager chez lui, avant de leur acheter une baraque quatre façades dans laquelle il habite aussi évidemment. Cette présence permanente pèse sur Murielle. D’autant plus que quatre enfants plus tard, elle se sent de plus en plus mal. Délaissée par son mari, méprisée par son beau-père adoptif, elle sombre dans une dépression fatale. »

Librement inspiré de l’affaire Geneviève Lhermitte (pour rappel, la mère nivelloise qui a tué ses cinq enfants, avant de rater son suicide en 2007), A perdre la raison pose la question du pourquoi de l’infanticide, ou plutôt du comment. Le sujet est délicat, non seulement par son propos mais surtout parce qu’il surfe sur la vague d’un fait divers récent. Cela lui a d’ailleurs été suffisamment reproché.

Pourtant, Joachim Lafosse le répète, c’est une fiction. La réalité ne l’intéresse que dans la mesure où elle peut fournir des mythes adaptables sur grand écran. En entendant relater le quintuple infanticide dans sa voiture, alors qu’il venait d’apprendre qu’il était papa, le réalisateur a senti qu’il y avait des leçons d’humanité à en tirer. Le contre-coup de l’affaire Lhermitte est tel que l’opinion publique crie au monstre, avant que le procès ne mette en lumière la possible responsabilité du Docteur et du mari (thèse cependant non suivie par le jury). Déjà à l’époque, Lafosse s’intéresse à cette femme et veut en faire son personnage. Il lui faudra plusieurs années pour mettre au point avec ses coscénaristes un scénario qui puisse passer en salle. Une première version chargeant plus le Docteur sera, par exemple, atténuée.

En ressort donc un film terriblement humain, qui montre à voir la chute lente et douloureuse d’une femme meurtrie par son environnement, au point que les meurtrissures ne peuvent trouver d’apaisement que dans le meurtre. Là réside toute la finesse de Joachim Lafosse : accompagner d’une caméra discrète la décomposition dépressive d’une mère paumée. Et le réalisateur est servi par un jeu d’acteur sublime, Emilie Dequenne en tête, qui campe un déclin hors du commun. Comme dans Rosetta, il y a dix ans de cela, la performance est magistrale et lui a d’ailleurs valu le Prix de la Meilleure Actrice dans la catégorie Un Certain Regard du Festival de Cannes. Tourner avec ses compatriotes lui réussit plutôt bien.

Le duo reformé par Niels Arestrup et Tahar Rahim (re- parce que déjà présent dans Un Prophète, de Jacques Audiard) n’est pas en reste. Stressé de passer derrière l’énorme directeur d’acteurs qu’est Audiard, Lafosse a pourtant été moins dirigiste que sur ses précédents tournages, se posant pour la première fois en « spectateur de ses acteurs ». Et le résultat est plus que convaincant.

On y croit. On sourit au bonheur du jeune couple, à la générosité du Docteur, à la première naissance. Puis, on est dérangé par le piège qui se referme, par les compromis pervers qui s’instaurent, par le mal-être de Murielle. Au point que la fin atroce (sublimée par le hors champ) s’impose au spectateur. Et c’est peut-être le plus déstabilisant et en même temps la plus grande preuve de la maîtrise du réalisateur.

Pari réussi donc, mise en scène efficace, montage elliptique, musique qui prend aux tripes, particulièrement le Mentre io Godo in dolce oblio de Scarlatti, leitmotiv fabuleusement infernal.

Une belle leçon de cinéma belge. Si vous n’avez pas peur de l’émotion, n’hésitez donc pas.

Written By

Le monde est petit, c'est pourquoi j'ai décidé d'en faire le tour! Le voyage, c'est aussi à travers les films, les livres, le théâtre, la nourriture et les découvertes en tout genre. Curieuse de nature, j'ai un vif intérêt pour l'art et la culture. Je visite régulièrement des expositions, salles de théâtre et de cinéma en quête de découvertes. Avide de lecture et gourmande de nature (dans les deux sens du terme), tous les moyens sont bons pour m'évader!

1 Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *