Affabulazione

Retour sur Affabulazione qui avait lieu ces 20 et 21 janvier au Théâtre Les Tanneurs.

L’ombre de Sophocle apparaît dans le prologue et invite le public à suivre « l’histoire un peu indécente de cette tragédie qui se termine, mais ne commence pas« .

Affabulazione porte sur scène une oeuvre de Pier Paolo Pasolini sur le mystère de la jeunesse, sur sa puissance sexuelle, sur le rapport conflictuel entre un père et son fils. Cette souffrance est due au désir du père qui veut être jeune et viril comme le fils. La poétique de Pasolini dont s‘inspire ce spectacle propose un théâtre de la parole, un rite. Dans les mots du père, du fils, de la fille, de la mère et du curé, le réalisateur concentre l’incertitude d’une société face à l’effondrement des rôles. Dans une réalité sans plus d’Histoire et d’Idéaux, où les fils peuvent-ils trouver une place? Que nous laissent nos pères?

Le public est catapulté dans un univers hypnotique et brouillé, alimenté par essoufflements, led, musique techno. Dans cet espace abstrait, les personnages, de l’âme fantasmagorique, semblent enfermés, réveillés d’un rêve. Le plateau, avec ces jeux des obscurité, pénombre, lasers, reconstruit une tragédie et l’histoire d’un parricide.

Affabulazione

Une Co-production Théâtre de Vanves, Théâtre La Loge et Maison Jaune.

Mise en scène: Lucas Bonnifait

Avec: Jean-Claude Bonnifait, Pauline Cheviller, Ava Hervier, Antoine Louvard, Thomas Matalou, Raouf Raïs

 

Tags from the story

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *