« After », un livre très génant

Il a été très difficile ces derniers temps de ne pas entendre parler de After que ce soit pour le film qui vient de sortir ou encore pour le livre qui en est à l’origine.

After, c’est un livre écrit par Anna Todd sorti en 2014. A l’époque déjà, il a eu un énorme succès, et ce, surtout auprès des jeunes filles (désolée pour l’expression qui me fait paraître pour la vieille de service mais aucune autre n’était adéquate). L’autrice a écrit 5 opus pour After et forte de son succès elle a continué avec deux livres intitulés Before, un autre Landon et pour finir Between, ce qui fait un total de neuf livres. Et voilà qu’en 2019, le livre est adapté au cinéma, enfin seulement le premier volet, et ça sent le carton et sûrement beaucoup de suites…pour mon plus grand malheur !

Je ne vais pas tourner autour du pot, j’ai détesté ce livre, que j’ai lu récemment pour comprendre l’engouement. Pour être honnête avec vous, je n’avais pas une bonne appréhension avant ma lecture. Mais j’étais loin de me douter à quel point ce livre est malaisant, et j’irais même plus loin en affirmant qu’il est dangereux !

Une passion « amoureuse »

Comme je vous l’ai expliqué plus haut, le livre nous parle de l’histoire (qui est censé être amoureuse) entre Tessa et Hardin. La jeune fille est très sage, encore vierge et débarque à l’université avec une seule idée en tête : travailler dur car c’est ce qu’elle désire depuis toute petite. Hardin lui est un bad boy bien stéréotypé avec des tatouages, un regard sombre, des ex à la pelle, une intelligence hors norme et un caractère de « merde ».

Lorsqu’ils se rencontrent, Tessa trouve Hardin odieux et finalement, tout se serait bien passé si cela s’était arrêté là. Mais les deux personnages se rapprochent et ne vont faire que s’engueuler, se réconcilier et se rapprocher pour à nouveau se séparer, pendant TOUT LE LIVRE ! (on peut sentir mon énervement face à cette situation). Et cette histoire nous est décrite comme une prétendue passion « amoureuse », quoique si on regarde de plus près, il y a de la passion certes, mais aucunement de l’amour. Une personne amoureuse ne traiterait jamais quelqu’un aussi mal, parce que Hardin est clairement une personne odieuse qui joue avec les sentiments de Tessa. Et c’est là le premier problème du livre, car il ne faut pas confondre les deux, c’est primordial pour être bien dans sa vie amoureuse !

Un pervers narcissique = le petit ami idéal ?

Durant tout le livre Tessa va clairement se faire maltraiter par Hardin. Il n’hésite pas dès le début à critiquer sa tenue vestimentaire, à la critiquer tout simplement sur tout. Et puis, d’un coup, il va être gentil avec elle pour ensuite (quelques minutes plus tard) l’insulter et la repousser. Vous vous doutez bien que Tessa trouve certes sa façon d’agir bizarre mais court derrière lui comme un chien derrière une saucisse. Et surtout, et c’est à ce moment qu’on comprend le réel caractère du jeune homme : il va manipuler Tessa pour qu’elle revienne vers lui (alors qu’elle se promet de ne plus jamais le revoir). Et je vous le donne en mille, la jeune fille revient encore plus amoureuse, pour se faire à nouveau jarter deux jours plus tard voire quelques heures après… Bref, Hardin est un pervers narcissique.

Et l’autrice nous le décrit comme le petit ami idéal parce que bien évidemment il est sexy ! Et tant pis si Tessa se fait traiter comme de la merde (c’est sa condition de femme qui veut ça). Le principal, selon Anna Todd, c’est que Hardin est tel qu’ il est parce qu’il a souffert quand il était jeune… Quand j’ai compris cela, mon sang n’a fait qu’un tour. Je me sens bafouée, c’est vraiment cela le fantasme féminin ? Être avec un homme sexy et odieux mais parfois gentil, en lui laissant tout passer parce qu’il a eu une enfance difficile ? Mais je dis NON ! Il faut arrêter absolument de propager ce fantasme, arrêter de croire que parce qu’on est une femme on peut souffrir en silence et juste être là pour son homme. Aucune des deux personnes dans un couple n’a le droit d’écraser l’autre que ce soit physiquement ou mentalement.

J’ai d’ailleurs filmé ma lecture (vous vous doutez bien que je me suis pas infligée le film), si vous êtes curieux, il vous suffit de cliquer sur la vidéo :

After, Anna Todd, ed. Le livre de poche.

Written By

Passionnée par l'écriture, j'ai fait des études de journalisme et me voilà maintenant journaliste freelance et rédactrice (c'est un peu comme une vie de saltimbanque avec de la déontologie et un peu de sérieux en plus!). Parfois aussi je prends ma caméra et j'arrive même à en faire des reportages.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.