Alfred de Musset – Il ne faut jurer de rien

« Valentin, âgé de 25 ans, se retrouve face à un dilemme : son oncle refuse de lui prêter, à nouveau, de l’argent, à moins qu’il ne se marie. Mais le mariage est la dernière chose que Valentin souhaite, car selon lui, se marier, c’est prendre le risque d’être trompé. Il décide donc de démontrer cette vérité à son oncle en se rendant « incognito » chez sa promise, Cécile, avec le pari de la séduire en seulement huit jours. »
Musset nous avait transporté avec « on ne badine pas avec l’amour » et sa fameuse tirade « boueuse ». Encore une fois, ce brave Alfred nous offre ses pertinentes observations sur le genre humain et les diablement compliquées relations sentimentales.  en effet, à la lecture de cette pièce, nous ne pouvons nous empêcher de penser « ça sent le vécu », pour verser dans un registre relativement familier (les plus comiques s’écrierait : « le vieux cul », mais non pas ici nous avons affaire à deux jeunes tourtereaux: Cécile et Valentin). Car oui, Valentin n’est que la transposition de Musset lui-même, libertin, jouant, buvant et écrivant à tout va, sans faire confiance au sexe opposé. Son protagoniste est, de ce fait, plein d’esprit, devisant allègrement face à un oncle plutôt pataud.  Cécile, par contre, nous semble plus inaboutie. Elle ne se délivre totalement qu’à la toute fin de la pièce et si sa structure plutôt paradoxale enchante – à la fois naïve et sans malice mais aussi déterminée et pleine de jugeote – elle lui donne un peu trop de légèreté au niveau de sa vraisemblance psychologique.
Autre point négatif : la vitesse d’action de la dernière scène est superbe mais laisse sur un sentiment de trop peu, Valentin – contraste un peu grossier avec le reste de la pièce – nous parait alors bien fade soudainement.
Soit ! Des répliques superbes, comme toujours, et un panel de comique des plus agréables !  Reste maintenant à la voir jouée !
P.S. : au cas où vous ne le sauriez pas, une adaptation cinématographique en a été faite, si je l’ai vue, malheureusement,  je ne peux pas vous donner mon avis,  ma mémoire faisant défaut, pour la prochaine fois, donc !
Tags from the story
Written By

I'm always curious about new things, I love learning and I'm a creative person. That means I need to use my creativity to feel good and happy. That's why I've created Culture Remains and my other website, Naïra.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *