Amour(s) Secret(s)

« 1958. Philippe, marié à Sylvia, rencontre Olivier, auteur pour enfants qui collabore avec son épouse. Entre les deux hommes naît une attirance forte, refoulée dans un premier temps, vécue en cachette par la suite, finalement découverte par Sylvia. En 2008, Philippe et Olivier sont amants, mais Philippe vit mal les aventures furtives et malsaines d’Olivier. Ils ne cessent de rompre et de renouer tandis que Sylvia tient le rôle d’amie et confidente. S’ils ont en commun leur âge et leur prénom, Philippe, Olivier et Sylvia ne sont pas les mêmes personnages en 1958 et en 2008, bien que les événements de 1958 laissent comme des traces imperceptibles, un écho, dans les scènes ultérieures. »

Amour(s) secret(s) n’est pas une pièce comme les autres. Si « The Pride », de son titre original, fut un énorme succès en Angleterre en 2008, ce n’est pas pour rien. La pièce d’Alexi Kaye Campbell offre une histoire en deux temps pleine de rebondissements et très agréable abordant des thèmes universels tels que l’amour et la solitude à travers ces deux états : le changement et son contraire, la persistance.

Malgré quelques petites lenteurs au début, force est de constater que c’est indéniablement un scénario abouti et très bien ficelé qui apporte son lot de réflexion et nous offre un aspect intéressant de l’Histoire et de ses mœurs. Car un phénomène banalisé aujourd’huicomme l’est l’homosexualité ne le fut pas toujours et ne l’est jamais tout à fait, Alexi Kaye Campbell nous ouvre les portes d’un monde réel, sans paillette ni confetti, et nous montre la vie, telle qu’elle est… Telle qu’elle était.

Une pièce qui incite à méditer, donc, sur les liens sociaux mais qui ne manque pas pour autant d’humour. À cela s’ajoute un décor incroyable, à la fois minimaliste et très élaboré et une mise en scène originale (bien que parfois perturbante) qui met bien en exergue les entrelacs temporels imaginés par l’auteur. Quant aux acteurs, ils sont tous bons. Cependant la prestation des deux protagonistes principaux se démarque légèrement de celle de Sabine Haudepin et Didier Colfs. Alors que ces deux derniers sont pétillants et parfaitement bien dans leur rôle, Alexi Goslain et Olivier Massart semblent plus hésitants, moinsconvaincants. Ils offrent alors une image quelque peu pathétique à leurs couples, induisant un malaise confus chez le spectateur.

Du 27/09 au 9/10/2011 au Théâtre Jean Vilar, Place Rabelais à 1348 Louvain-la-Neuve.

De: Alexi Kaye Campbell

Mise en scène : Tanya Lopert

Avec: Didier Colfs, Alexis Goslain, Sabine Haudepin, Olivier Massart

Tags from the story
Written By

I'm always curious about new things, I love learning and I'm a creative person. That means I need to use my creativity to feel good and happy. That's why I've created Culture Remains and my other website, Naïra.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *