Les androïdes rêvent-ils de moutons électriques? 2049

Blade Runner 2049, la suite du mythique film de Ridley Scott, est enfin dans les salles et crée l’événement. Écrit par Hampton Fancher et Michael Green, réalisé par Denis Villeneuve, ce film est un chef-d’œuvre, tout simplement.

À Los Angeles en 2049, l’officier K du LAPD, un blade runner, mène une enquête qui l’oriente vers Rick Deckard, disparu depuis trente ans.

A l’instar de la saga Star Wars, Blade Runner est un mythe du cinéma moderne, mais contrairement à l’œuvre de George Lucas, celle de Ridley Scott a échappé aux mauvaises suites par trop mercantiles. Aussi, quand Ridley Scott a annoncé une suite à son film de 1982, fans et cinéphiles se sont inquiétés. Quand la réalisation de cette suite fut confiée à Denis Villeneuve, tous les espoirs furent permis. Et manifestement, ils n’ont pas été déçus.

Avec Blade Runner 2049, Denis Villeneuve réalise un des films de science-fiction les plus aboutis de l’histoire du cinéma. Véritable symphonie visuelle au service d’un scénario complexe mais accessible, Blade Runner 2049 déploie tout le succès d’un projet ambitieux. C’est bien simple, en se voulant respectueux de l’œuvre du père, le fils a réalisé une œuvre moderne qui n’est pas loin de dépasser l’originale.

Ainsi, Denis Villeneuve reste fidèle au visuel un peu suranné d’un futur version 1982 et s’appuie sur les nouvelles technologies plutôt que de faire reposer tout le film dessus. Le résultat en est bluffant et même un tantinet jouissif tant la version 2017 communique visuellement avec celle de 1982. Pour autant, si Blade Runner 2049 est bien une suite chronologique de Blade Runner, qui se déroule en 2019, il peut s’apprécier indépendamment du premier volet.

Les admirateurs de Vangelis, compositeur de la BO de Blade Runner, apprécieront le travail de Hans Zimmer sur Blade Runner 2049, parce qu’il est à l’image de celui de Villeneuve : entre singularité et fidélité.

Coté casting, Denis Villeneuve a fait confiance à Ryan Gosling pour « remplacer » Harrison Ford dans le rôle du blade runner de service. Un choix moins évident qu’il n’y parait mais payant, car Ryan Gosling a ce jeu un peu indolent qui correspond à celui de Harrison Ford dans ses jeunes années. Encore une fois, et jusque dans le casting, le travail de Villeneuve a été minutieux.
Aux côtés de Ryan Gosling, Harrison Ford bien sûr, qui reprend son rôle de Rick Deckard, mais également Jared Leto en entrepreneur flippant et Robin Wright, légèrement décevante dans le rôle, moins mémorable certes, du lieutenant Joshi.

Avec un budget sensiblement inférieur à celui de Valérian et la Cité des milles planètes, Denis Villeneuve et son équipe ont perpétué un mythe là où Besson en a défiguré un autre. Si en plus d’être un chef-d’œuvre, Blade Runner 2049 pouvait faire réfléchir Luc Besson, il deviendrait un chef-d’œuvre d’utilité publique. Et qui sait, Villeneuve est peut-être fan de la bande-dessinée.

Trêve de rêveries, car Denis Villeneuve entre définitivement dans la cour des grands avec cette suite que n’aurait sûrement pas renié Philip K. Dick, auteur du livre Les androïdes rêvent-ils de moutons électriques ? à l’origine de Blade Runner. Denis, lui, rêve peut-être de réaliser le film qui répondra à la question de Philip K. Dick, vu que son Blade Runner 2049 n’y répond pas, mais propose bien une fin… entrouverte.

Blade Runner 2049 est à voir absolument, depuis le 4 octobre 2017.

SaveSaveSaveSaveSaveSave

Tags from the story
Written By

Comme le dit si bien Pascal Quignard, "Ecrire, trouver le mot, c'est éjaculer soudain". Ou encore Alphonse de Lamartine, "La critique est la puissance des impuissants". Mmh, pas très cohérent tout ça. Pour ma part, et pour contredire Sheakspeare, la critique n'est pas aisée et je ne suis pas dans l'aisance. J'écris néanmoins parce que c'est par moment assez jouissif, comme l'exprime si bien l'ami Quignard. A part cela, j'aime le cinéma, la bd, la musique et les citations à la con.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *