Une année sans été au Théâtre National

Automne 1913. Monsieur Gérard vient de prendre une grande décision : il a décidé de partir en voyage ! Explorer le vaste monde, chercher sa nature, trouver sa voie, voilà ce à quoi il aspire du haut de ses vingt ans. En venant faire ses adieux à son père, il fait la rencontre de deux jeunes comptables : Anna et Mademoiselle Point. La première, allemande, est curieuse de tout : elle n’est que de passage ici, le temps de mettre quelques sous de côté avant de poursuivre son voyage. La seconde, Mademoiselle Point, est peureuse et engoncée dans le carcan de sa petite vie provinciale ennuyeuse. Arrivé à Paris, Gérard rencontrera Louisette, jeune fille rangée et piquante, vivant dans l’ombre de sa mère, et Auguste, poète mondain. A l’aube de leur vie adulte, tous se cherchent, vont poursuivre leurs routes et se retrouver, aux hasards de la vie, en 1914, une année où certains ne connaîtront pas l’été.

La pièce de Catherine Anne est un texte fort et poignant sur la jeunesse : écrit lorsqu’elle avait 20 ans, mettant en scène des personnages du même âge et interprété par de jeunes acteurs, le texte propose une réflexion sur le passage de l’adolescence à l’âge adulte, la réalisation de soi, le sens des responsabilités, la création artistique.

Ete 3

« Vingt ans ! Quand le rêve se frotte au réel, quand l’amour entraîne vers l’inconnu, quand le monde s’ouvre immense et étriqué. Je voudrais raconter surtout la recherche éperdue de l’autre et de soi-même, comment on se perd et comment on se trouve. ». La note d’intention de l’auteur se voit épaulée par la mise en scène subtile et sobre de Joël Pommerat. Fidèle au style qui a fait sa renommée, Joël Pommerat fait la part belle aux comédiens et au texte : esthétique et justesse de la mise en scène, scénographie minimaliste jouant sur la notion de noir et de vide, importance des lumières et des éclairages. Pommerat propose une succession rapide de tableaux qui insufflent le rythme de la pièce, dont le fil conducteur est le contraste : entre les caractères des personnages, l’évolution des sentiments, le noir et le blanc.

Enfin, le solide et convainquant jeu des jeunes acteurs sert également admirablement le propos de la pièce : profonds et accessibles, légers et obscurs, les personnages partagent leurs questionnements, leurs désirs intimes, leur peur du lendemain, entre romantisme effréné et douces utopies…équilibre délicat que la guerre viendra bientôt bouleverser.

Du 24 au 28/09/2014  au Théâtre National

Texte de Catherine Anne

Mise en scène : Joël Pommerat

Avec : Carole Labouze (Mademoiselle Point) ; Franck Laisné (Gérard) ; Laure Lefort (Louisette) ; Rodolphe Martin (Auguste Dupré ) ; Garance Rivoal (Anna)

Tarifs : de 11€ à 20 €

Durée du spectacle : 1h10

De plus amples informations sur le site du Théâtre National

Tags from the story
Written By

Curieuse, spontanée, enthousiaste et exigeante, j'aime aller au théâtre et j'aime raconter ce que j'y vois, que j'ai aimé ou pas!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *