Après tout, c’est pas la fin du monde, hein!

Je vous parlais de lotto et de fin du monde, tout ce brassage médiatique, ces histoires d’argent et cette effervescence ludique m’ont fait pensé au Poker. Pas que je sois une très grande joueuse, ni même que j’ai tendance à jouer pour de l’argent. Non, pas du tout. D’ailleurs, c’est bien simple, je n’ai jamais joué qu’une seule fois pour de l’argent (et quelle somme! 5 euros par personne, à tout casser) et… j’ai gagné (ce qui m’a permis d’aller chez le coiffeur “gratuitement”, si ça c’est pas la classe, hein?). Je vous entends déjà dire: “la chance du débutant” et il y a peut-être un peu de ça, oui. Mais enfin, le poker et moi, on s’était déjà cotoyé auparavant. C’est juste qu’on avait pas passé le cap intime de l’échange d’argent, c’est tout.

Mais, de poker, il n’y en a pas qu’un. Le premier auquel j’ai été présentée, était le Poker Menteur, apparement moins connue, cette version est pourtant jouissive et nettement plus rapide que la seconde. Des dés, un “chapeau”, on secoue un bon coup, on passe au voisin (en priant pour qu’il ne remette pas en doute nos dires) et on continue. C’est à la fois simple et complexe mais surtout très dynamique ! Le deuxième poker est évidemment la version carte, jetons, tapis, malette. Si ça en jette plus, c’est quand même un peu plus compliqué et surtout parfois très long. Tout le monde a le droit de se coucher, ce qui n’est pas le cas au “poker menteur” où, pas le choix, il faut aller jusqu’au bout.

Enfin, nous avons la version en ligne. Comme celle de Partypoker.fr, par exemple, qui vous offre la possibilité de jouer contre des adversaires probablement plus redoutables que vos amis du dimanche mais que vous ne verrez a priori jamais. Cette méthode-là, je l’avoue, je ne l’ai jamais testée. Peut-être par peur ou simplement par paresse mais surtout parce que j’aime l’idée de jouer en famille ou entre amis. Pourtant, il est de plus en plus fréquent que les jeux, qui étaient autrefois un prétexte à la socialisation, se transforment en une activité relativement solitaire où les joueurs se retrouvent seul devant leur pc, leur console, leur télévision à communiquer avec un peu tout le monde sauf ceux qui leur sont (géographiquement du moins) proches.

Mais ce phénomène ne se limite pas aux jeux de carte et aux jeux d’argent, n’est-ce pas? A l’heure où on peut être en contact avec la moitié de la terre en moins de trente secondes, les gens sont de plus en plus seuls. Ou se sentent seuls. Même lorsqu’ils sont plus entourés que jamais. Un phénomène qui s’amplifie à l’approche des fêtes, bien sûr, mais qui n’en est pas moins présent tout le long de l’année. Alors sommes-nous devenus plus timides? Ou plutôt plus intolérants, selectifs, impatients et insatifaits? Parce qu’après tout, si l’herbe est toujours plus verte chez le voisin, parfois, lorsqu’on s’y rend, on se rend compte que la nôtre n’est peut-être pas aussi belle mais qu’enfin, c’est la seule qu’on a et que ça fait d’elle quelque chose d’unique à la valeur bien plus élevée que celle du voisin.

Tout ça pour dire que quand j’entends certains juger et se plaindre continuellement de leurs proches, de leur famille qui est trop ci, de leurs amis qui font trop ça, de leurs collègues qui sont pas comme ils estiment devoir être, je ne peux m’empêcher de sortir ma Poker Face en me disant qu’ils devraient peut-être, avant de se plaindre, se rendre compte de la chance qu’ils ont, d’en avoir, des proches, des gens à qui parler tous les jours ou simplement un semblant de vie sociale. Même si tous ces gens sont imparfaits et obligatoirement décevants parce que, en réalité, ils le sont aussi, non? En fait, si on y réfléchit, on est tous imparfait et, un jour où l’autre, décevant pour quelqu’un et, dans le fond, ce n’est pas pour autant la fin du monde !

 

T’is Alles.

Tags from the story
Written By

I'm always curious about new things, I love learning and I'm a creative person. That means I need to use my creativity to feel good and happy. That's why I've created Culture Remains and my other website, Naïra.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *