Astérix et la transitalique, une course à rebondissements

Dites 37. C’est déjà la trente-septième aventure de nos compagnons gaulois, Astérix, Obélix et bien évidemment Idéfix. Une aventure qui conduit nos amis dans une course à étapes digne d’un Dakar, qui traverse l’Italie, partant de Monza, évidemment, la base de la Scuderia Ferrari, pour arriver à Naples, sur les bords du Vésuve.

C’est déjà la troisième fois qu’on retrouve Jean-Yves Ferri et Didier Conrad aux commandes des péripéties des plus illustres irréductibles. Et le rendez-vous n’est pas manqué. Il y a absolument tout ce qu’on attend d’un album d’Astérix. Du rythme, peut-être même plus que dans les autres albums, mais c’est sûrement dû à la course. Des blagues, omniprésentes, mais toujours de manière juste, bien pesée et subtile.

Et puis, le récit est tellement actuel. Les auteurs arrivent à relier l’histoire à notre époque. Par des dialogues ou parfois simplement par une petite note. On évoque ici la sécurité routière, l’état général des routes, ou encore la circulation aux heures de pointe.

Les amateurs d’histoire, apprécieront les différentes théories des auteurs – chacun se fera son idée quant à la véracité des faits mentionnés – tant sur l’originie de la Course du Palio de Sienne que sur la création de la ville de Venise. Des petites allusions également très souriantes à la tour de Pise ou encore à la Joconde.

– A l’auberge! J’ai vu Baccillus recevoir des sesterces d’un Romain.
– Et c’est maintenant que tu le dis ?!
– J’ai cru que c’était une pratique normale dans le sport.

La course est aussi sujette à plusieurs manipulations extra sportives. L’occasion de mentionner la corruption dans le sport. Une petite allusion au malaise qu’il peut exister dans le monde du sport actuellement. Comme tous les clins d’œil faits dans cet album qui permettent toujours de rappeler les travers de la société actuelle.

Enfin évidemment, que serait un Astérix sans ses stars ? Vous pourrez croiser dans ce tome Alain Prost, Silvio Berlusconi ou encore Luciano Pavarotti en tenancier d’auberge. Des prestations qui valent le détour !

Astérix et la Transitalique, Jean-Yves Ferri & Didier Conrad, Les éditions Albert René, 46 pages, 10€

Tags from the story
Written By

Amoureux du sport et des BD's, théâtre en dilettante.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *