Au Monde – La Monnaie

Charlotte Hellekant (La fille aînée); Fflur Wyn (La plus jeune fille); Patricia Petibon (La seconde fille)

Dans un appartement, grand, luxueux, des hommes, de très vieux hommes, faibles et puissants à la fois. Hommes aux pouvoirs aussi considérables que flous. Des femmes, de jeunes filles, petites-filles sont là, bienveillantes, les veillant surtout, silencieusement admiratives… Et toujours, la puissance de ces hommes, vieux, ne se manifeste que par quelques petits signes, quelques mots, par ce qu’en disent les femmes autour… On n’a d’eux, que des impressions, des sensations… et toujours, seulement les répercussions sur le monde, autour, loin, très, très loin…

Auteur et metteur en scène unanimement salué, Joël Pommerat a créé une trentaine de pièces couronnées de succès. Sollicité par le compositeur belge Philippe Boesmans, qui a marqué l’histoire de l’art lyrique des trente dernières années avec Reigen, WintermärchenJulie et Yvonne, Princesse de Bourgogne, il a adapté sa pièce Au monde pour la transformer en livret de son nouvel opéra.

Nous voici projetés dans un huis-clos familial, une ambiance pesante où s’organise la succession du père à la tête d’un grand groupe familial. On y découvre une famille immensément riche, dominée par un père très âgé, grand industriel, régnant sur sa progéniture. Il y a le « fils aîné », dévoué et solitaire, dans les 60 ans, la « fille aînée » de 40 ans environ, enceinte dont la grossesse motive le titre de la pièce, et son ambitieux mari, rejeté par les autres membres de la famille, la « seconde fille », vedette d’une chaîne de télévision people (brillantissime Patricia Petibon) , et « la plus jeune », peut-être adoptée en remplacement d’une autre fille morte (rien n’est explicite, Pommerat cultive le mystère). Il y a aussi Ori, seul à disposer d’un nom, le frère revenant d’une guerre en Asie, un personnage altéré, étrange et fascinant, peut-être un serial killer… Chacun de ces personnages correspond à un archétype vocal – la basse, la mezzo, les différents types de sopranos etc., dont le chant s’inscrit dans le récitatif,comme pour mieux exprimer les fragilités et les angoisses, les failles et les doutes de ces femmes et de ces hommes mis à nus.

AU MONDE

Le texte semble construit par petites touches : sans véritable fil conducteur, l’histoire se déroule très doucement, c’est une « affaire stagnante » dans laquelle la ligne dramatique est celle de la dégénérescence. Il n’y a pas de catharsis, c’est au spectateur de démêler la pléiade d’interventions des personnages afin d’y donner un sens. Dans les interstices, la musique de Boesmans crée les atmosphères, souligne le désespoir insurmontable, donne corps à l’indifférence résignée, et met en lumière l’opportunisme sournois; tous ces éléments qui s’affrontent sur scène.

Voici une nouvelle chance de découvrir l’une des pièces qui ont le plus contribué à faire connaître la personnalité artistique de Pommerat, déployant avec une intensité calme son sens des présences, des non-dits, des mystères : Au Monde. La puissance de l’orchestre philharmonique de la Monnaie, dirigé par Patrick Davin, épaissit la noirceur de la pièce, et impose la saisissante cohérence de ce huis-clos en forme de labyrinthe intime.

AU MONDE

La Monnaie propose encore trois spectacles avant de clôturer la saison : Rigoletto (du 08 au 23 mai), Fidelio (11-12 juin) et Orphée et Eurydice (du 17 juin au 02 juillet). N’hésitez pas à prendre vos places !

AU MONDE

Du 30/03/2014 au 12/04/2014

Compositeur: Philippe Boesmans

Livret et mise en scène: Joël Pommerat

Direction musicale: Patrick Davin

Orchestre: Orchestre Symphonique de la Monnaie

Avec : Frode Olsen, Werner Van Mechelen, Stéphane Degout, Charlotte Hellekant, Patricia Petibon, Fflur Wyn, Yann Beuron, Ruth Olaizola

Tarifs : de 12€ à 120€

Durée du spectacle : 2h

Plus d’informations sur le site de La Monnaie.

 

Tags from the story
Written By

Curieuse, spontanée, enthousiaste et exigeante, j'aime aller au théâtre et j'aime raconter ce que j'y vois, que j'ai aimé ou pas!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *