Audiolib à découvrir : Grégoire Delacourt La première chose qu’on regarde et Stephen King 22/11/63

Après le succès de la publication en 2012 de La Liste de mes envies, le nom de Grégoire Delacourt n’est plus à présenter.

Audiolib propose cette fois son récit La première chose qu’on regarde, mis en voix par Marc Weiss qui incontestablement nous transporte dès les premières minutes de cette jolie et incongrue histoire d’amour : Scarlett Johansson débarquant au fin fond d’un petit village de France pour échapper à la folie médiatique du Festival de Deauville croise le chemin d’un jeune garagiste de vingt ans, Arthur Dreyfus, dont le physique a quelque chose de Ryan Gosling mais en mieux. On s’attendrait aux strass et paillettes d’Hollywood mais c’est plus intelligent que ça encore, on découvre cette vie à l’ombre de la célébrité.

Trop court pour mériter l’étiquette de roman, cette nouvelle rafraichissante dure au grand regret de celui qui l’écoute un peu moins de cinq heures. Un désappointement qui est plutôt de bon augure pour l’auditeur car l’histoire, bien ficelée, démontre une fois de plus le talent de Delacourt. Pour compenser cette écoute écourtée, vous devrez à tout prix ne pas passer à côté de 22/11/63.

Quand Richard Bachman s’attèle au voyage dans le temps, cela donne un des meilleurs opus de Stephen King ! Pourtant après des œuvres comme Simetierre ou encore Shining, la barre était pourtant placée très haut, même pour les lecteurs les moins assidus, tant l’œuvre du maître de l’épouvante est considérable.

Comme tout bon Stephen King qui se respecte vous partirez pour 36 heures d’écoute en compagnie de la voix aux brillantes variations de François Montagut.

22/11/63 est le voyage par une fissure temporelle de Jake Eping en 1958. Entrainé dans cette incroyable Amérique des bientôt sixties par son pote Al Templeton, Jake, devenu Georges Amberson, pour l’occasion va se colleter à l’Histoire. Une histoire qui n’aime résolument pas être changée et qui s’en défend ardemment comme l’apprendra vite Jake/Georges à ses dépens.

King nous fait revivre l’ère JFK dans cette Amérique encore incapable d’imaginer qu’elle aura un jour pour Président un homme au nom de Barack Obama. Un voyage pour Georges non sans aventures périlleuses parmi lesquelles, la plus grande de toute : la rencontre de son grand amour.

Les plus connaisseurs retrouveront avec bonheur la ‘bonne’ ville de Derry ! 22/11/63 a donc plus d’un atout : un récit envoutant qui dépasse la simple lecture divertissante par une recherche documentée de l’auteur qui offre ainsi un regard sociologique et historique d’une Amérique trop souvent mythifiée.

Plus d’info sur:

Grégoire Delacourt – La première chose qu’on regarde

Stephen King – 22/11/63

Tags from the story
Written By

Rédactrice Livres et théâtre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *