Baby à tout prix au Théâtre l’Atelier

Baby actuellement au théâtre de l’Atelier à Paris est une petite pépite servie par une excellente distribution avec une mention spéciale pour les deux rôles féminins, Isabelle Carré en mère courage et Camille Japy en femme coincée.

Dans cette comédie douce-amère, Helene Vincent adapte Jane Anderson avec ce texte fort et efficace, tout en nuance et émouvant, sur des sujets de société aussi variés que la parentalité, l’éducation , l’adoption mais aussi le gouffre des différences de classes, le pouvoir de l’argent ou celui très controversé et délicat de la GPA.

Mais derrière cette tragédie contemporaine, pas de polémique, ni jugement, le spectateur peut s’identifier à chacun des personnages ou plutôt à chacun des couples.

Car Baby, c’est la rencontre savoureuse de deux couples qui n’ont rien à voir et que tout oppose: Al et Vanda, précaires, sans travail, vivant dans une caravane avec leurs quatre enfants, et Rachel et Richard, bourgeois et intellectuels, prêts à tout pour adopter le cinquième enfant que Vanda attend.

La pièce joue avec finesse des contrastes entre les deux parties, du choc des cultures et de l’opposition entre ces deux mondes, signifiés avec justesse par les décors ( la caravane encombrée sous une chaleur caniculaire du premiercouple contraste avec la chambre d’hôpital froide et vide) jusqu’à son entracte, bien pensé et justifié (jamais une entracte n’a semblé si justifié).

Mais réduire la pièce à la rencontre de deux mondes serait trop facile, tant le racisme, le puritanisme, les préjugés et les tabous se mélangent. Difficile aussi de la  cataloguer dans un genre précis; elle est à la fois touchante mais drôle aussi et pleine de rebondissements, jusqu’à sa fin inattendue. Une certitude, on en ressort ému (beaucoup), touché et dérangé (un peu), mais pas indemne!

N’en déplaise à certains, le théâtre, ce n’est pas que des comédies, c’est aussi des sujets profonds, graves et contemporains qui interpellent et questionnent.

Émotions et réflexions garanties !  

Place Charles Dullin, Paris ( XVIIIème ).
Du mardi au samedi à 21H ( le dimanche à 15 ). Jusqu’au 13 Mai 2018.
Tags from the story
Written By

Atteinte de cinéphilie aiguë, Lorraine Lambinet, fille de projectionniste, a passé son enfance dans les salles obscures. Titulaire d'une Maîtrise Arts du Spectacle et Écrits Cinématographiques, elle a touché à tous les domaines du 7ème Art aussi bien à la programmation (Festival Quais du Polar, Courts du Polar), l'exploitation (Projectionniste), la réalisation (Assistante réalisatrice) ou la production (Assistante de production long-métrage ). Aujourd'hui, elle est Directrice d'un cinéma en région parisienne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *