Brussels Beer Project/BBP : des bières bruxelloises et collaboratives !

BBP

Ce n’est un secret pour personne, la Belgique est connue pour sa culture des bières. Soyons honnêtes, ce n’est clairement pas pour notre météo ou nos plages de sable fin que le monde nous situe sur une carte. Après un mois de tournée minérale, passé à boire des eaux aromatisées et des jus de légumes verts (horreur !), il est temps de titiller notre foie qui doit bien s’ennuyer. Brisons ce jeûne en beauté en buvant des bières issues de la brasserie Brussels Beer Project (BBP). Un projet bruxellois, collaboratif et original !

Généalogie du projet

BBP est issu de la rencontre de deux Bruxellois – Olivier de Brauwere et Sébastien Morvan – et de leur promesse de faire, un jour, un projet commun. Après avoir quitté leurs jobs respectifs et pas mal d’expérimentations plus tard, ces anciens étudiants en gestion décident de sauter le pas : créer une brasserie collaborative, moderne et co-créative. En 2013, BBP voit le jour et 3 ans et demi plus tard, le succès est bien au rendez-vous ! Nous avons eu le plaisir de rencontrer un des ses co-fondateurs : Olivier de Brauwere.

Pourquoi vous êtes-vous lancés dans le secteur brassicole ?
BBP
Oliver de Brauwere et Sébastien Morva, fondateurs de BBP.

Tout est parti du voyage Erasmus qu’on a fait au Canada. On a été séduits par le concept de « craft beer » (bière artisanale), très important en Amérique du Nord. C‘est une tendance qui remet les bières artisanales et les micro-brasseries qui les produisent au goût du jour. Exit les bières industrielles, la mouvance craft beer privilégie les créations originales, le « do-it-yourself » et n’a pas peur d’expérimenter, quitte à se planter. Bref, une véritable audace dans la conception des bières qui manque cruellement dans le paysage bruxellois. On a donc décidé d’amener ce concept à Bruxelles avec BBP.

Pourtant, le Belgique a une longue tradition avec la bière ?!

C’est bien ça son problème. À force de trop revendiquer cette culture « ancestrale » des bières d’abbayes, des moines trappistes, du secret bien gardé, etc., la Belgique s’est empêtrée dans son traditionalisme et ne propose rien de bien original au final. Ce qui est plutôt dommage quand on se veut un pays amateur de bières…
Avec BBP, on veut rompre avec ce classicisme et bousculer un peu la manière dont on brasse mais aussi dont on déguste la bière. On affiche clairement une volonté d’explorer de nouveaux horizons. Que ce soit par la manière de brasser, par les goûts de nos bières, par le concept de notre brasserie, etc. Bref, BBP n’a pas de tradition séculaire et on en est fiers !

En dehors du craft beer, c’est quoi votre particularité ?

Nous sommes une brasserie créative. On ne veut pas faire des bières au goût classique. Parce qu’au final, si tu plais à tout le monde, tu ne plais à personne, non ? On préfère avoir des bières à forte personnalité et si nos bières dérangent ou questionnent, on est ravis. On essaie toujours de s’aventurer un peu dans les goûts mais aussi dans les méthodes de fabrication.
Mais on est surtout une brasserie collaborative. On n’est pas du tout dans le culte du secret, on a au contraire la volonté d’être le plus transparent possible et le plus communicatif sur nos créations. À travers nos quelques levées de fonds  – Beer for life – , on s’est créé une communauté liée par le projet. Elle a d’ailleurs son mot à dire puisque c’est elle qui choisit les bières qui sont commercialisées parmi nos prototypes ! C’est également elle qui les baptise. Sympa non ?

Le concept de Beer for life fait un carton ! Comment ça se passe ?

Le principe simple : la contribution de 250€ te permet d’avoir 12 bières par an, à vie. Les bières sont à chercher à la brasserie, cela nous permet de rencontrer nos collaborateurs qui à leur tour, découvrent en chair et en os le projet qu’ils soutiennent. C’est ce qui nous a permis de nous lancer en 2013 et cela a toujours été un grand succès. Les vagues suivantes ont financé la brasserie, les machines, les emplois – nous sommes 12 employés à présent. La dernière en date, fin 2016, a duré 14 jours et a rassemblé 550 personnes, agrandissant encore plus notre communauté !

Vous êtes depuis peu installés dans votre brasserie située rue Dansaert, qu’a t-elle de particulier ?

On n’a pas choisi l’emplacement par hasard. Notre présence ici traduit vraiment notre volonté d’être accessibles dans notre approche mais aussi géographiquement. Notre projet met en avant l’aspect bruxellois, et on essaie, à notre échelle, de redorer un peu l’image de la ville. Puis, historiquement, le canal est un lieu où l’on brassait anciennement donc c’est parfait à tout point de vue. Concrètement, notre brasserie à Dansaert est notre laboratoire. C’est là qu’on crée les bières prototypes, c’est notre « pilot brewery » où on expérimente et où les erreurs sont permises. Une fois qu’une bière est choisie pour la vente, on livre la recette à notre partenaire de toujours : la brasserie Anders. C’est elle qui brasse le gros de la production.

Les bières BBP ont toutes des noms très originaux, tu m’en parles ?

Oui, on revendique une identité forte. Que ce soit en graphisme (exécuté par l’agence bruxelloise Coast) ou par les noms qu’on donne à nos bières. 

BBP
Delta, notre première bière, est un clin d’oeil à nos bières prototypes qui s’appelaient alpha, beta et gamma. Dark sister est sa soeur, une brune bien entendu; 
Babylone, faite à partir de pain recyclé, est un hommage à la Mésopotamie, lieu d’origine de la bière. Avec Grosse Bertha, on a voulu évoquer la nature un peu « allemande » de cette bière. Red my lips, la petite dernière, contient des fruits rouges. Après, on retrouve d’autres bières dans notre brasserie, elles portent toutes des noms évoquant soit leurs composants, soit leurs histoires. Chacune est unique !

BBP semble bien lancé ! Quoi de neuf pour 2017 ?

Je ne peux pas trop dévoiler mais disons que nous allons continuer sur notre lancée. On va créer de nouvelles bières et continuer à explorer, à tester de nouvelles et anciennes techniques de brassage mais surtout on va continuer à s’amuser !

Merci à Olivier et à l’équipe de BBP ! Retrouvez toutes leurs actus sur leur page Facebook et leur site web.

Enfin, restez attentifs car un concours arrive bientôt et il se peut que vous puissiez gagner certains produits…

Tags from the story
Written By

Laura, 28 ans, 1m55. Titulaire d'un diplôme loufoque : Sciences des religions et de la laïcité. Ecrit des articles non moins loufoques pour Culture Remains. Nourrit une passion pour M.I.A, le Théâtre de Poche, son chat, Edgar Allan Poe et les plantes carnivores. A toutes fins utiles, sachez qu'elle est très facilement corruptible si on lui offre à boire et à manger.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *