Beginners

Oliver, illustrateur a Los Angeles, collectionne les ex et les déceptions amoureuses. Quand son père, Hal, tire sa révérence après avoir fait son coming-out a 75 ans et rejoint avec entrain la communauté homosexuelle, Oliver se penche sur ses relations familiales et ses échecs sentimentaux. Et il hérite d’un chien philosophe et bavard. La dépression guette. Jusqu’au jour où il rencontre Anna…

Attention, ceci n’est pas un film comique. Non. Ceci est un film surprenant.

Sautant d’une image à une autre et collectionnant les flash-backs et les souvenirs, il trouble et peut sembler parfois décousu mais c’est ce qui fait tout son charme! Ca et son léger côté surréaliste et saugrenu.

Plus qu’une comédie romantique, ce film est une histoire d’amours, de sentiments, de paradoxes, de remises en questions, et d’autres manifestation du quotidien. Issu d’observations suffisamment pertinentes pour faire vibrer notre corde sensible, il réchappe pourtant au pathos et à la niaiserie avec brio. En effet, il est non seulement exempt de tous jugements moraux mais aussi d’une loufoquerie visuelle et scénaristique telle que le film reste plein de fraicheur, contrebalançant très justement avec la perpétuelle perplexité des protagonistes.

Certains diront qu’il est un peu plat, voire lent, mais il n’aurait pu en être autrement. Beginners nous offre une multiplicité de portraits psychologiques non achevés, laissant au spectateur le loisir de combler ces trous par les fruits de leur imagination fertile.

Written By

I'm always curious about new things, I love learning and I'm a creative person. That means I need to use my creativity to feel good and happy. That's why I've created Culture Remains and my other website, Naïra.

1 Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *