Body To Soul ou comment mieux se nourrir.

Il y a quelques temps, j’ai découvert un nouvel endroit sympa dans Bruxelles. Laurence m’a ouvert la porte de sa maison située dans le Quartier Européen. C’est elle qui a créé Body to Soul, tout un concept « bien-être et santé », qui passe notamment par l’alimentation et pensé pour les gens comme vous et moi qui n’ont pas beaucoup de temps pour cuisiner et qui veulent réussir tout seul et de préférence du premier coup des plats autres que des pizzas surgelées ou des pâtes quand ils veulent aller vite. Je parle ici pour de pâtés végétaux.Qu’est-ce donc? Pour moi: un truc qu’on peut mettre sur ses tartines à la place du fromage (que je ne peux plus manger), de la charcu (qui bouffe les artères) et de la salade de thon (pleine de graisse). J’achète déjà le faux américain préparé végétarien du Delhaize qui est bluffant mais c’est quand même bien d’apprendre à le faire soi-même. D’autant plus que j’ai vite découvert le potentiel « récupération des restes » dans les pâtés végétaux. Un must donc.L’ambiance est conviviale. L’atelier commence par une introduction sur l’importance des différents nutriments nécessaires au corps pour vivre au quotidien. Car le pâté végétal a ceci d’intéressant qu’il les inclut tous. C’est un peu comme si on mangeait des pilules pour être sûrs de ne manquer de rien mais en meilleur. Après un temps de questions-réponses, on passe à l’atelier. Ici, pas de « pas à pas », on nous donne les ingrédients et, par groupe de trois, on se lance, comme si on était dans sa cuisine.Trois groupes, trois ustensiles: un mix soupe, un robot ménager simple et la Rolls Royce: le Jazz max. Je prends le mix soupe parce que c’est ce que j’ai chez moi. Le principe est simplissime: mélanger des légumes cuits, des légumineuses cuites, des oléagineux, de l’huile, du sel, du poivre, des épices et aromates, comme on veut. Le résultat est plus fluide avec le Jazz Max mais le mix soupe me semble bien pour commencer. J’ai essayé chez moi en rentrant avec des lentilles vertes du Puy, des carottes, des graines de potiron, du cumin, du sel, du poivre, du jus de citron et de l’huile d’olive. J’ai tout mixé: résultat très honorable pour une première. Je l’ai servi avec du pain et des légumes crus comme dips et ça m’a fait un repas TV et un apéro qui ont changé des paquets de chips qui font ados ou ambiance de match de foot. Même les hommes en ont mangé (avec le pain pas les légumes faut quand même pas exagérer)!

J’ai aussi tenté, sur ma lancée, une recette de Quatre saisons sans Gluten et sans lait paru chez Thierry Souccar Editions (sans légumineuses cette fois). Il s’agissait d’un mélange de brocolis cuits, d’olives noires, de citron, d’huile d’olive et…d’ail. Mais c’est justement l’ingrédient de trop, l’ail cru n’étant définitivement pas très digeste… J’essayerai la prochaine fois en rajoutant un peu de thon par exemple.

L’atelier se termine en goûtant les préparations de chacun et en répondant aux questions qui demeurent. Laurence nous explique que les pâtés végétaux tiennent quelques jours au frigo et que si on en a marre, on peut facilement les accommoder autrement: en soupe par exemple, en les liant avec de l’eau, en galettes ou en burger, en farce pour légumes,… bref, une bonne façon de faire manger des légumes à chacun sans que ça fasse trop bobo bio bizarre!

J’ai l’intention de retourner au prochain atelier de Body to Soul (Laurence en fait un par mois) qui porte sur les jus et laits végétaux parce que le pommes-carottes ou le carottes-céléri, c’est bien mais c’est chouette de varier aussi, et c’est meilleur que le soda quand on ne peut pas boire d’alcool! Et vous, ça vous tente?

Tags from the story
Written By

Attachée de presse bruxelloise, j’ai décidé de vous faire partager tout ce que je sais grâce à mon métier…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *