Boeing Boeing

« Après 20.000 représentations triomphales : Londres, Paris, New York… Boeing Boeing atterrit au TTO. Les avantages de la polygamie sans ses inconvénients. Les maîtresses-futures épouses de Bernard sont trois hôtesses de l’air, de trois pays et de trois compagnies différentes. Le tout est d’harmoniser les horaires. »

Au TTO, il y a toujours dans l’air cette ambiance particulière, cette humeur euphorique qui gagne peu à peu les spectateurs, une sorte d’excitation partagée dans la hâte de revoir certains comédiens et de découvrir ce que nous a concocté cette fine équipe. C’est simple : quand on s’assied dans les sièges rouges et moelleux du TTO, on rit déjà, dans l’attente d’être transporté dans cet univers qui lui est propre, décalé, souvent un peu rétro et toujours désopilant !

Et cette saison démarre sur les chapeaux de roue ! Nous avons décollé jeudi soir pour un spectacle drôlissime au goût sixties et au rythme effréné : Boeing Boeing. Il faut dire que la vie de Bernard n’est pas de tout repos. Avec ses trois maîtresses hôtesses de l’air, son emploi du temps est réglé comme du papier à musique en fonction des vols de ses trois J. Janet l’Américaine, Juanita l’Espagnole, Judith l’Allemande : trois compagnies différentes, trois nationalités différentes, trois tempéraments différents… mais la même ardeur à vouloir épouser leur Bernard ! Alors quand Juanita fait une escale impromptue, que l’avion de Janet fait demi-tour pour cause de tempête au milieu de l’Atlantique et que Judith débarque plus tôt que prévu, bien décidée à lui faire une énorme surprise, c’est toute la routine de Bernard qui risque de voler en éclat. Et l’on assiste pour notre plus grand plaisir au désordre général que Bernard, au bord de la crise de nerfs, essaie tant bien que mal de gérer. Aidé de Robert, un vieil ami d’Aix-en-Provence fort en gueule et chaud bouillant, et de Berthe, une bonne revêche mais attachante qui essaie du mieux qu’elle peut de ne pas perdre pied, Bernard va passer toute la pièce à éviter une rencontre potentiellement explosive

C’est dans un décor quasi immaculé qu’évoluent nos personnages au sein de cette ambiance très TTO : chorégraphies, intermèdes musicaux et lumières chaudes sont semés tout au long de la pièce. Sans parler des costumes colorés des hôtesses, totalement en phase avec leur personnage.

Si Delphine Ysaye fait vivre avec brio le cliché de l’hôtesse américaine, bombasse et décomplexée, Myriem Akheddiou est tout aussi parfaite en hôtesse espagnole amoureuse et survoltée. Les différents couples fonctionnent très bien et Thibaut Nève se révèle être un bon rôle principal surmené. Antoine Guillaume ne s’en sort pas trop mal, flanqué de son costume ringard et de son accent du midi et l’on découvre avec plaisir Odile Matthieu, qui donne à la bonne une belle envergure. Mais surtout, surtout : mention spéciale à Catherine Decrolier, que l’on retrouve merveilleusement drôle en Allemande passionnée et foldingue, pleine d’une sensualité loufoque à mourir de rire !

Quiproquos, malentendus, comique de geste et de répétition, Boeing Boeing est un vaudeville bien ficelé et hilarant. C’est aussi un véritable festival d’accents ! Bref, une pièce qui a tout ce qu’il faut pour vous faire rire pendant 2h ! Et si l’on remarque l’une ou l’autre baisse de rythme au milieu de la pièce, c’est tout de même sur de grands éclats de rire que l’on quitte le TTO, avec l’envie d’y revenir très bientôt !

Du 13/09 au 27/10 , du mercredi au samedi au Théâtre de la Toison d’Or – Galeries de la Toison d’Or, 396-398 – 1050 Ixelles La plupart des spectacles : Adultes : 22€ – Etudiants : 10€ – Seniors : 20€

De: Marc Camoletti

Mise en scène: Nathalie Uffner

Avec: Myriem Akheddiou, Catherine Decrolier, Antoine Guillaume, Odile Matthieu, Thibaut Nève et Delphine Ysaye

Plus d’infos sur le site du TTO.

Tags from the story
Written By

Dévoreuse de livres

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *