La Bonne Ame du Se-Tchouan

En passant la porte du chapiteau des Baladins du Miroir à Louvain-la-Neuve, c’est en Chine qu’on pose le pied. La créativité, le talent et l’ingéniosité de la troupe transposent immédiatement le spectateur dans le village de Shen-Té, perdu dans le Se-Tchouan. C’est là que trois Dieux, à la recherche de bonnes âmes à récompenser sur Terre, s’apprêtent à passer la nuit, aidés par Wang, le porteur d’eau, qui se fait fort de leur trouver un logement. Malheureusement, les habitants du village ferment leur porte un à un, trop occupés par leurs problèmes, et seule Shen-Té, la prostituée, leur offre le logis. En guise de remerciement, les éveillés décident de lui laisser un petit pécule, avec lequel elle pourra sortir de sa pauvreté et ouvrir un débit de tabac. C’est alors que les ennuis vont commencer, car Shen-Té apprendra bien vite que passer par-dessus la misère, c’est aussi l’affronter. Elle trouvera ainsi peu de clients, mais beaucoup de mendiants et des commerçants peu scrupuleux à qui, magnanime, elle ne parviendra pas à refuser l’hospitalité ou les factures qui lui sont tendues. Déchirée entre son désir de faire le bien et la nécessité de survivre et de faire fonctionner son commerce, Shen-Té mettra ainsi à rude épreuve sa conscience, écartelée entre humanisme et capitalisme.

Dans un décor en mouvement constant, les Baladins du Miroir s’emparent de la pièce de Bertolt Brecht avec brio et une grande intelligence. Ils s’approprient habilement l’espace – et les 360° – du chapiteau, et s’appuient sur l’enchaînement des tableaux et interludes pour donner du rythme à la pièce ; ça tourne, ça s’élève, ça tombe, ça sonne, ça goutte, ça n’arrête pas! Les acteurs sont tour à tour personnages, musiciens, accessoiristes, chanteurs, costumiers, dans une mise en scène virevoltante qui met en lumière ces personnages burlesques et pourtant tristement humains.

01.bonne-ame2

Avec trois fois rien, beaucoup d’idées ingénieuses et de malice, la troupe propose des décors envoûtants, très esthétiques et pleins de poésie. Elle nous invite ici dans la campagne chinoise sous la pluie, là à un banquet de mariage avec feux d’artifice, ici encore à la barre d’un tribunal populaire. La lumière est subtile et met habilement en relief les atmosphères de chacun des tableaux. La scénographie est pertinente, souvent surprenante et toujours très réussie.

Les 11 artistes sont également impressionnants. Ils passent aisément d’un art à l’autre, jonglant du chant au luth, du violon aux marionnettes, de l’accordéon au jeu, de l’acrobatie à la narration, d’un personnage à l’autre, de la comédie au conte. Le récit est mené tambour battant, sans pourtant rien perdre de la substance du texte. Car derrière la fable épique et la comédie qui plairont à tous les âges, il s’agit bien d’une parabole de la société, et d’une critique du capitalisme, qui déshumanise, et de la religion, qui est aveugle, impuissante et se donne bonne conscience à peu de frais. Il s’agit d’une réflexion sur la responsabilité morale, les droits et les devoirs de chacun, l’individualisme au sens sartrien et la nécessité de changer le monde dans son ensemble, en ne comptant que sur l’humain. Brecht démontre ici un principe qui lui est cher: permettre à l’homme de s’alimenter est indispensable avant de penser à toute forme de morale.

Entre fausse ingénuité et amertume, cette interprétation est une véritable réussite. Le théâtre tel qu’il devrait être : populaire et intelligent, créatif et provocateur. ET ACCESSIBLE A TOUS !

La Bonne Ame du Se-Tchouan

Du 23/09/2014 au 06/10/2014 à l’Atelier Théâtre Jean Vilar

Texte français : Marie-Paule Ramo, Dorothée Decoene

Mise en scène : Gaspar Leclère, François Houart

Avec Andreas : Christou, Stéphanie Coppé, Monique Gelders, Aurélie Goudaer, Geneviève Knoops, Gaspar Leclère, François Houart, Diego Lopez-Saez, David Matarasso, Virginie Pierre, Julien Vanbreuseghem

Tarifs : de 10€ à 25€

Durée du spectacle : 2h45 entracte compris

De plus amples informations sur le site de l’Atelier Théâtre Jean Vilar

Tags from the story
Written By

Curieuse, spontanée, enthousiaste et exigeante, j'aime aller au théâtre et j'aime raconter ce que j'y vois, que j'ai aimé ou pas!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *