Bulgarie-Sofia: pâtisseries à l’ A:part:mental et un diner chez Divalka

Quelques heures de bus depuis Belgrade, et nous voila à Sofia.

Première impression assez mitigée, une arrivée tardive, vers 2h du matin, et toutes ces rues très sombres, éclairage public quasiment inexistant, on se sent un peu perdu. Mais le lendemain, tout rentre dans l’ordre, le soleil est là et nous pouvons déambuler à notre guise. La ville est tout sauf tape à l’oeil, c’est modeste, pas forcément photogénique mais on s’y sent bien. De plus, elle regorge de chouettes endroits alors commençons la tournée des cafés !

Voila mon favori, l’A:part:mental, oui c’est bien comme si l’on rentrait chez des amis plutôt que dans un lieu public.

A l’étage, comme son nom l’indique, un grand appartement, plein de coins et recoins, où l’on se prélasse en écoutant de la musique.

Nous optons pour la pièce graffitis, urbaine à souhait.

Un petit détour par la cuisine où l’on sent les cookies en train de cuire et hop le choix est fait.

Autour d’une partie de dominos, ça sera yaourt à la banane pour Monsieur G. Et jus de menthe-gingembre-citron pour Mademoiselle F. Quelques gourmandises au passage, dont ce délicieux yaourt bulgare bien épais, servi avec des cacahuètes roties et de la liqueur de lait et café, et ce gros cookie santé plein de petites graines et fruits secs.

Budget: 2 boissons + 2 desserts, environ 5 euro

A:part:mental – ul. Neofit Rilski 68 – Sofia

Le soir, toujours dans le même quartier, direction Divalka, une cantine-brasserie aux prix dérisoires (croyait-on, mais en fait, ce sont simplement les prix bulgares, sûrement le pays de l’Union Européenne le plus « budget friendly »).

Cadre pas spécial, ça ferait un peu autrichien sur les bords, et c’est plein d’étudiants du quartier. Révisons nos classiques avec le tarator, cette soupe froide de concombre aux noix et à l’aneth.

Monsieur G veut un plat réconfortant alors hop, un ragout de boeuf à l’orange et une simple purée de pommes de terre. Pour me remettre de nos excès serbes, je tuerais pour des légumes et la grande assiette barbecue végétarienne arrive à point nommé.

Malgré tout, la gourmandise nous rattrappe, avec pour Monsieur G un « biscuit cake », spécialité qu’on trouve dans chaque resto: Des biscuits secs imbibés (d’alcool, de lait, de crème) et pris dans un pudding lui aussi de lait. Le tiramisu local en somme, avec cette alternance de couche. Pour bibi, un mélange de yaourt et de crème aigre, avec éclats d’amandes caramélisées et sauce au caramel.

Et c’est l’heure du digestif avec du Mastika, un alcool entre le pastis et l’anisette. La douloureuse? Elle ne l’est pas, 5 euro par personne (inclus deux grandes bières).

Divalka. 41A 6th September – Sofia

Tags from the story
,
Written By

Wrote about restaurants & travels

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *