Burn out – Théâtre des Riches Claires

Burn out  est déjà la troisième création du duo De Coster / Matthieu après Sincères complaisances en 2006 et  Charges comprises  en 2008. Pour ma part, j’ai également eu l’occasion de les voir jouer à plusieurs reprises dans la troupe d’improvisation théâtrale Les Souffleurs aux Gradins. Le sujet de la pièce m’attire mais tant de choses ont déjà été dites sur le burn out. Je suis curieuse de connaître le sort réservé au mal du siécle par nos deux protagonistes .

Assise dans la salle, la première chose qui me frappe, c’est l’habillement de la scène. Quelques lampes en cuivre au design moderne posées çà et là. Un écran rond. Un décor étrange, froid et décalé. La pièce démarre et on est immédiatement happé par son rythme intense. Burn out est une série de petites scènes qui illustre ce fléau avec génie. Des scènes tantôt décalées et symboliques ou au contraire ultra réalistes. Pour beaucoup de créateurs, cet exercice serait périlleux et dangereux. Les critiques pourraient les accuser de ne pas avoir choisi de style précis. Mais Matthieu et De Coster relèvent le défi avec une aisance toute naturelle. Ils passent d’un personnage à l’autre, d’un style à l’autre, d’une ambiance à l’autre avec une facilité déconcertante.

Burn out est tantôt hilarant (la femme qui parle de son mari en burn out à son ami ou le personnage du psychologue burnologue néerlandophone), tantôt touchant (la femme prisonnière de cette énorme liste de choses à faire ou les deux fonctionnaires amoureux) et pousse souvent à la réflexion (la scène des deux personnages qui cherchent un chemin à emprunter).

L’autre risque dans ce type de création aux multiples personnages était celui de rester en surface, survoler les choses. Mais nos deux comédiens rentrent dans le peau de leurs personnages à grande vitesse et leurs apportent immédiatement du corps. Ce n’est jamais surjoué, toujours juste. On ressort de la représentation avec non seulement l’impression d’avoir fait le tour complet de la question mais aussi d’être passé par une grande palette d’émotions.

Et enfin, je tire mon chapeau au metteur en scène, Emmanuel Dekoninck, puisqu’il a guidé les comédiens dans ce décor si particulier. Le résultat est une mise en scène très originale. L’habillement sonore vient ajouter la touche finale.

Vous l’aurez compris, cette création est réjouissante de bout en bout. Longue vie à ce duo brillant!

Burn out

Du 27 Novembre au 13 Décembre à 20h30 aux Riches Claires

De: Thierry de Coster, Odile Matthieu et Pascale Vander Zypen

Mise en scène : Emmanuel Dekoninck

Chorégraphies : Juliana Neves

Avec : Thierry de Coster et Odile Matthieu

Création lumières : Fred Delhaye

Illustration sonore : Pierre Ducaju (Studio 43)

Scénographie : Nousch Ruellan

Plus d’infos sur le site des Riches Claires

Written By

Diplômée en communication en 2002 ( IHECS), j'ai depuis touché à de nombreuses disciplines artistiques. J'ai évolué longtemps dans le milieu musical en tant que chanteuse et j'ai réalisé 2 albums de pop française. Je suis auteur/compositeur des morceaux sur les 2 albums et écrit pour d’autres artistes. Je suis improvisatrice depuis 4 ans au sein d'une équipe fantastique et je suis des cours d'acting face caméra. Enfin, je me passionne pour le théâtre et je travaille actuellement en collectif sur 2 créations. C'est donc avec le plus grand respect et bien consciente du travail que cela représente que j'écris mes critiques. Je prends beaucoup de plaisir à découvrir de nouvelles pièces.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *