Cédric Gervy: « Après Charlie Hebdo, j’ai été terrassé dans mon élan »

Cédric Gervy était en concert le samedi de la 9ème édition de l’Inc’Rock. L’occasion pour le chanteur au verbe juteux de s’essayer à une nouvelle expérience de concert: le concert silencieux.

En effet, pour fêter ses dix ans, le festival brabançon innovait avec la silent disco stage. Le concept? Écouter un concert au… casque. C’est-à-dire qu’autant les instruments comme la voix ne sont pas sonorisés par des baffles mais bien par des écouteurs. Écouteurs qu’il faut absolument mettre pour entendre et capter quelque chose du concert. Faisant office de walkman, Cédric Gervy est resté égal à lui-même: des chansons bien torchées, une personnalité déjantée et un regard toujours actualisé (comme son hymne Bonne année quand même dans lequel il avait ajouté, entre autres trouvailles: « Paraît que même en Tunisie, dans les musées on s’éclate »).

Avec des allures sectaires (drôle de spectacle pour les extérieurs que de voir des gens qui crient, chantent applaudissent dans le vide et le silence), le public y a trouvé son compte. Un des grands moments du festival brabançon, et une expérience inédite pour l’homme en rouge. Nous avons rencontré Cédric Gervy pour une longue interview.

Malheureusement, l’environnement sonore n’était pas toujours des meilleurs. Veuillez nous en excuser, on a fait du mieux qu’on pouvait!

Crédits photos: Skuds et Alexis Seny

Written By

Cultureux vorace et journaliste avide, je me promène entre découvertes et valeurs sûres, le plus souvent entre cinéma, musique et bandes dessinées mais tout est susceptible d'attirer mon attention :)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *