Charles De Coster – La légende d’Ulenspiegel

Né le même jour que Philippe II, empereur d’Espagne et des Pays-Bas, Till Ulenspiegel est aussi joyeux et drôle que l’autre est sinistre et mortifère. Lorsque le joug espagnol asservit la Flandre et la Zélande. Ulenspiegel le subit voyant son père, Claes, brûlé comme hérétique et sa mère, Soetkin, mourir sous la torture pour avoir voulu sauvegarder la fortune de son fils. Il va alors incarner l’esprit frondeur et libre face à l’oppression exercée par Philippe II et le duc d’Albe. Dans toutes les villes de Flandre et de Zélande, Ulenspiegel sème la révolte. Au terme d’aventures héroïques, accompagné du bon et honnête Lamme Goedzak, il libérera la Flandre.
 
Un roman belge, une fois !
Charles de Coster, fondateur de la littérature belge, nous offre ce roman de 636 pages (à peine !) en 1867. La Belgique, toute neuve, avait, à l’époque, bien besoin d’une œuvre au symbole d’union et de force (et peut-être en a-t-elle besoin à nouveau). Ainsi, ce personnage de légende qu’est Till Ulenspiegel était le sujet tout désigné.
Outre cet aspect promotionnel, ce produit littéraire est un vrai petit bijou. Utilisant le langage de l’époque ainsi que des termes flamands, le roman assied son côté historique, révélant une époque trop peu connue, au fil des aventures du célèbre mais légèrement oublié, Till. Fils de Rabelais, cousin de Renart,  frère de Scapin, Ulenspiegel est un jeune homme attachant dont le culot n’a d’égal que la fraicheur malgré sa vie précocement marquée par la mort.
Succession de calembredaines et billevesées, le roman promet une lecture ponctuée d’éclats de rire si toutefois, on ne se trouve pas gêné par la complexité du produit littéraire induite par sa multiplicité temporelle, linguistique et symbolique. Ou, du moins, qu’on arrive à passer outre.
Tags from the story
Written By

I'm always curious about new things, I love learning and I'm a creative person. That means I need to use my creativity to feel good and happy. That's why I've created Culture Remains and my other website, Naïra.

2 Comments

  • Pas lu! J’ai eu la fin des bourgeois entre les mains et c’était, bah… du naturalisme quoi. Pas convaincue que son mâle me plaise du coup! Maaais, why not 😛 Les critiques négatives doivent aussi être écrites ^^

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *