Cocktails, cabaret contemporain

Subversif et provocateur, le nouveau spectacle de Thierry Smits et de la Compagnie Thor clôture la saison du Varia en beauté. Sans tabous ni complexes, décidé à vous secouer comme un shaker. Loin des recherches purement formelles et poétiques de Clear Tears / Troubled Waters (2012) ou du célèbre To the ones I love (2010), Cocktails revient à une forme plus proche de la performance, empruntant les codes au cabaret et les thèmes à l’actualité qui ont marqué la mémoire collective ces dernières années.

Tour à tour satiriques, burlesques, ridicules, les numéros aux noms de cocktails inventés se succèdent et choquent. Ils mettent en scène le bruit des événements qui ont récemment bouleversé notre société. Un corps nu au squelette déchaîné incarne l’immolation qui a déclenché les révolutions arabes dans un Arab Spring Punch, avant d’être littéralement balayé par une démonstration caricaturale d’un dictateur mégalomane amateur d’arts martiaux intitulé Dictator Dry. Un ballet aquatique représente le réchauffement climatique, des marionnettes crient de panique dans Serial Cooler, l’ensemble des danseurs s’adonnent à une joyeuse orgie célébrant la liberté sexuelle avec un Free Pousse-l’amour bien glacé. L’artifice est démasqué, les loges sont sur scène et les transformations surprenantes ont lieu sous les yeux fascinés des spectateurs. Mis à nu au sens propre et figuré, les danseurs n’hésitent pas à meurtrir et modeler leur propre corps au fil des scènes pour incarner les situations. Une performance énergique et d’une remarquable maîtrise technique qui fait opérer la magie du cabaret.

La chorégraphie présentée par la Cie Thor est au croisement des genres, avec une dimension théâtrale importante. Grâce au travail dramaturgique d’Antoine Pickels, les danseurs mettent en scène une succession de récits brutaux marqués par les ruptures et les interférences. Si nous reconnaissons les thèmes qui inspirent chaque tableau, ils sont présentés de façon ironique et décalée, permettant des interprétations multiples et pouvant évoquer d’autres situations, passées ou contemporaines.

Comme lors de ses productions précédentes, l’espace scénique de Thierry Smits est totalement exploité, saturé par la multiplication de signes pouvant sembler chaotiques, mais en réalité si minutieusement calculés et orchestrés. Le rythme soutenu de la performance vous accroche dès le premier instant et ne vous lâche plus du tout jusqu’à la fin. Lorsque le rideau tombe, vous êtes aussi essoufflés que les danseurs, l’esprit en ébullition, les sens stimulés et éveillés. Voici une excellente manière de fermer la saison avec une création piquante et très réussie. On salue haut la main un spectacle plus que recommandable.

Du 4 au 21 juin au Petit Varia, à Bruxelles.
Infos et réservations au 02.640.82.58 ou sur le site du Théâtre Varia.

Tags from the story
,
Written By

Le théâtre est ce lieu où les consciences se rencontrent et se questionnent. Ce lieu où on rit, où on pleure, où on exprime sa colère et où on refait le monde tous les soirs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *