Compagnons du devoir, de la vie aussi

Il n’a plus dessiné un Tendre Banlieue depuis 2010, mais Tito revient après un plus grave et plus historique Choix d’Ivana à ses amours de récits autour des adolescents et jeunes adultes. Au scénario uniquement cette fois. Et pour cause, c’est le jeune Manuel Lieffroy qui assure le dessin de cette immersion dans le monde des Compagnons du devoir français. Un monde où l’on ne s’appelle pas par son prénom mais par sa région d’origine: Lyonnais, Provençal ou encore Alsacien.

compagnons tito lieffroy

Ainsi, les deux auteurs se glissent, avec le lecteur, dans les pas d’Émilie, jeune Rennaise fraîchement débarquée à Paris pour s’engager dans les Compagnons en tant qu’aspirant cordonnier-bottier. Pas perdue pour un sou, la jeune femme se lie vite d’amitié avec Thomas, aspirant couvreur, et Quentin, aspirant ébéniste. Avec Antoine, fragilisé par la mort de sa mère et la déprime d’un père qu’il ne voit plus, mais bien décidé à mettre en oeuvre ses rêves de mécanicien. Ainsi s’écoule la vie, de bonheur et de labeur, de ces jeunes qui bientôt seront appelés à faire un Tour de France et à exercer leur métier dans différentes villes. Un problème quand Émilie et Quentin tombent amoureux, que Thomas en devient jaloux et que chacun d’entre eux va devoir faire ses tris dans ses choix d’avenir.

compagnons tito lieffroy extrait 1

À mi-pas entre documentaire et pure fiction, Compagnons a le mérite de proposer une approche explicative du fonctionnement au sein des compagnons du devoir. Et le lecteur de s’enrichir de cette expérience et du cheminement des acteurs de cette histoire tout en s’amusant du sort qui leur est réservé. C’est tendre, mais sans banlieue, c’est humain (des bonheurs que cela comporte aux moins bons moments). Après, peut-être le récit manque-t-il d’un peu de profondeur pour mieux comprendre encore les Compagnons (on aurait voulu en savoir plus encore!)? Peut-être aussi est-il un peu trop traité pour un lectorat jeune (peu de dialogues, des dessins facilement appréhendables) alors que le sujet mérite le regard et l’investissement de n’importe quel lecteur, à n’importe quel âge. Mais cette petite déception n’empêche pas le plaisir de (re)découvrir une communauté qui est toujours bien active.

compagnons tito lieffroy extrait

Tito et Lieffroy, Compagnons, Casterman, 64p., 14,50€.

En plus, les auteurs ne sont pas avares en bonus, vous pouvez en trouver sur le blog de Manuel Lieffroy

compagnons tito lieffroy 1

Ou sur le blog de Tito et sa page Facebook

Tags from the story
Written By

Cultureux vorace et journaliste avide, je me promène entre découvertes et valeurs sûres, le plus souvent entre cinéma, musique et bandes dessinées mais tout est susceptible d'attirer mon attention :)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *