Contemporary Claudio : un concert original qui renoue l’Histoire et la musique, le 13 mai à l’église Saint-Boniface

Cela fait 450 à ans déjà que Claudio Monteverdi est né ! C’était le 15 mai 1567 dans un petit village de la Lombardie italienne, Crémone, à l’époque où l’Espagne dominait la région. A l’époque, il n’y avait pas de voitures, pas de béton armé, et bien plus de chemins de terre. La mode aussi était différente… et la musique. C’est dans ce cadre des XVIème et XVIIème siècles que Monteverdi est né et qu’il a commencé à composer et à rénover l’art musical par sa touche personnelle qui influence encore des tas d’artistes aujourd’hui. La preuve, c’est que l’Ensemble de Choristes Swara s’en réclame et mêle musique contemporaine et classique, dans son nouveau spectacle : Contemporary Claudio.

Voilà les contours du concert !

La première chose qu’il faut savoir c’est qu’il aura lieu le 13 mai prochain à Ixelles. Tout bientôt. Et donc à quelques heures près, jour pour jour, à sa date de naissance.

Le cadre du lieu est original puisqu’il s’agit d’un édifice particulier : l’église Saint-Boniface ! Elle est située en plein cœur du quartier populaire de Matonge, un endroit bien connu pour son mélange des cultures de Bruxelles, et un carrefour de la capitale, ce qui est aussi un symbole que les organisateurs mettent en avant.

Et dans cet endroit chargé d’histoires parfois joyeuses parfois épineuses, l’ensemble Swara y a détecté, une acoustique idéale, grâce à leur grande envergure pour faire ressentir les voix des chœurs, les sons des instruments de l’orchestre et pour la communication avec le public, « d’égal à égal ».

Swara ne délaisse aucun détail, il faut le dire, tant sur le fond que sur la forme. Le plus important, c’est d’avoir une qualité de son optimale pour que le mélange de musique et de chant puisse être au mieux ressenti. L’harmonie entre public et artistes dépend de cette condition, nous a-t-il d’ailleurs précisé.

Le spectacle est soutenu par Clap Culture, une asbl bruxelloise de soutien aux jeunes talents, qui a déjà organisé par ailleurs, les 4 éditions du Festival Mini-Classiques, les Canapés en Musique et les concerts Road Trip Music, et par Les Indonésiens de Belgique (LIB).

Le spectacle est également soutenu par l’IIC, l’Instituto Italiano di Cultura, département des affaires culturelles de l’Ambassade Italienne de Belgique, pour la diffusion et la promotion, notamment sur leur page web, sur les réseaux sociaux et dans leur newsletter.

... di cultura feedrss gli eventi degli istituti di cultura la legge 401

Swara, un chœur de chez nous et d’ailleurs

« Les membres de Swara ont des origines différentes ainsi que divers parcours, et c’est précisément cette variété qui donne à l’ensemble un son choral riche et caractéristique. », c’est en ces mots que Ivan Yohan, le directeur du chœur, les décrit. Et c’est vrai, ce chœur est riche de l’apport des uns et des autres membres par la culture qu’ils transportent. Et c’est en même temps un chœur très bruxellois. En effet, la diversité des origines et des nationalités qui court les rues de Bruxelles s’observe aussi dans le choeur. En ce sens, Swara est un peu un miroir de notre capitale belge et européenne.

L’ensemble Swara est un ensemble de chanteurs professionnels qui  n’en est pas à son coup d’essai. En 2016, il a présenté son spectacle Son et Lumière (« Lumen & Umbra » – cf. photo ci-dessus) qui fut une réussite au point de faire salle comble. Cette fois-ci, le pari est certes périlleux, nous précise Swara mais les surprises qu’il réserve sur place au public ne le laisseront pas indifférent.

Culture Remains aime sortir des sentiers battus et donner la parole aux artistes de tout genre et de toute échelle. On a donc décidé de gratter ces talents sous l’écorce et de questionner celui qui est à l’origine du choeur et de ses projets.

Entretien avec Ivan Yohan, le chef du chœur Swara

Bonjour Ivan. Merci d’avoir accepté notre demande d’interview. Pouvez-vous nous résumer votre carrière ? Ses bons moments et ses éventuels coups durs ? 

J’ai pris des cours de chanteur-choriste pendant mon bachelier en comptabilité. Cette experience dans ce choeur a été pour moi le signal qui m’a fait réaliser que je voulais en faire encore plus dans le milieu de la musique. Ensuite, je suis allé en Hollande pour étudier le chant Classique (en bachelier) et la direction de choeur (en master).

J’ai alors eu à faire à nombre de moments difficiles dans ce processus d’apprentissage, notamment à cause du choc des cultures, sur la façon d’apprendre à enseigner qui n’est pas la même ici que dans mon pays d’origine. Mais ces experiences m’ont permis néanmoins de m’ouvrir et de me retrouver là où je suis aujourd’hui. En effet, à present, je dirige plusieurs choeurs à Bruxelles et je travaille encore avec un choeur universitaire en Indonésie.

Vous êtes chef de choeur et vous travaillez à promouvoir le travail d’artiste des compositeurs classiques, comme Monteverdi par exemple. Mais êtes-vous vous-même compositeur ?

Oui, je suis moi-même compositeur. Mes compositions sont faites la plupart du temps pour des chœurs a capella. Certaines de mes créations ont d’ailleurs été publiées par Earthsongs (USA), Porfiri & Horváth Publishers (Allemagne) et Miela (Lituanie/Japon). Pour mon projet à venir avec l’ensemble vocal Swara, j’ai choisi le thème de Claudio Monteverdi dont nous célèbrons cette année les 450 ans de sa naissance. J’ai hâte de réaliser cette mission de combinaison entre le travail de Monteverdi et les pieces contemporaines qui peuvent s’y imbriquer, grâce au brillant esprit musical de ce compositeur.

Résultat de recherche d'images pour "ivan yohan"

Si vous deviez décrire votre façon de travailler, que diriez-vous ?

Travaillant avec des choeurs, je regarde avant tout les capacités que tel ou tel ensemble peut atteindre en un temps donné de répétition. En d’autres termes, j’essaye d’évaluer rapidement le potentiel des chanteurs et ce qu’ils sont capables de donner et d’atteindre en un temps défini. Ensuite, je sélectionne les thèmes et les repertoires appropriés pour que le choeur en question puisse se développer et atteindre un meilleur niveau technique et musical, s’il le faut.

Bien sûr, s’il s’agit d’un choeur professionnel comme Swara, la qualité et le professionnalisme étant déjà acquis, je peux me permettre de prévoir plus de temps pour le travail de la musique en lui-même.

Le répertoire des chorales est large. Avez-vous un genre musical que vous préférez principalement jouer et travailler ? 

Il y a beaucoup de genres musicaux qui me parlent, du classique au moderne. Mais justement, ce que je préfère, ce sont ces deux genres particulièrement. Ce qui ne signifie pas que je n’aime pas les autres styles de musique mais ce sont ceux-là qui me permettent de m’exprimer le plus profondément dans mon travail artistique de scène.

Quels sont les grands moments, pour vous, de votre carrière, parmi les concerts et événements que vous avez menés et organisés ? 

Depuis que j’ai commencé, en 1993, je dois qu’il y a eu peu de “grands moments” à mentionner. Mais je me rappelle d’un jour où l’une de mes compositions était jouée à Tours, en France, et qui m’a permis d’obtenir le Prix Spécial pour les Nouvelles Compositions. Avec le Choeur de l’Université en Indonésie (Parahyangan Catholic University Choir), on a aussi gagné la competition à Spittal an der Drau (en Autriche) et j’ai reçu un award pour ma performance de direction de choeur en Hongrie, à Debrecen.

Tous ces honneurs m’aident à me rappeler, parfois, que ce que j’aime c’est travailler en équipe, avec des choristes autour d’un projet et d’y arriver tous ensemble.

Résultat de recherche d'images pour "swara ensemble vocal"

La musique classique n’est pas forcément la façon la plus aisée d’attirer les gens dans un concert. Est-ce difficile de diriger l’organisation d’un événement pour ce genre de musique ?

Diriger, ce n’est pas difficile en soi. Tout ce dont vous avez besoin c’est d’un bon programme, d’un bon choeur (ou d’autres groupes de musiciens classiques) et d’un bon financement. Ce dernier est point est évidemment le problème principal. Avoir une bonne stratégie marketing est une chose importante qui peut permettre de faire connaître notre programme auprès des amateurs de musique classique.

Il faut dire que la musique classique est un secteur difficile pour attirer du public aux concerts, notamment parce qu’il y a déjà un marché quasi-monopolistique de ce genre-là. La chose la plus importante, en fait, de faire connaître le plus largement nos projets et concerts…

On sait que la recherche de sponsors est chose compliquée. En avez-vous assez ?

En ce moment, je n’ai qu’un seul sponsor et, oui, ce serait merveilleux d’en trouver davantage pour que nos futurs projets puissent être plus finement réalisés et mieux développés.

Pouvez-vous nous en dire plus sur votre prochain événement ?

J’ai choisi comme titre Contemporary Claudio pour bien montrer l’essence du programme du concert. J’ai choisi des pièces de Monteverdi, religieuses ou séculaires, entre lesquelles je présenterai des pieces contemporaines assez similaires et dans la continuité des oeuvres de Monteverdi. Et cela pour montrer que son importante influence, à travers le développement de la musique chorale, et pour les compositeurs postérieurs, à travers le temps.

Informations pratiques

Le concert aura lieu le 13 mai 2017 à 20 heures à l’église Saint-Boniface (rue de la paix 21a-23 – 1050 Ixelles).

Plus d’infos sur la page Facebook de l’événement et sur celle de l’Ensemble Vocal Swara.

 

Tags from the story
Written By

Ancien étudiant en Sciences Politiques (ULB) Entre 2014 et 2016, gérant de L'étrier asbl. Depuis août 2016, président de Clap Culture, association désirant promouvoir la culture à travers les nouvelles créations, l'esprit citoyen et la conscience des enjeux de société à travers elle. Organisateur d'événements (Festival Mini-Classiques pour donner de la visibilité aux jeunes musiciens des différents Conservatoires ou d'ailleurs), journaliste, Réalisateur d'un projet radio de fiction "Les Pieds de l'Iris", suite d'histoires rocambolesques aux personnages à la trempe décalée sur fond de quartiers bruxellois.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *