Crime et Châtiment

« Peut-on surpasser les limites morales pour une « bonne cause » ? Cette question taraude Rodion Raskolnikov qui finit par passer à l’acte. Il tue son usurière en espérant être vu comme un grand homme. Mais la paranoïa se prend de lui, et sa conscience ne supporte pas ce qu’il a fait. Du crime, il plonge dans le châtiment… »

Lorsque quelqu’un décide de s’attaquer à la transformation d’un roman de Dostoïevski en pièce de théâtre, on est en droit de s’inquiéter du résultat. Pourtant ici, le pari est quasiment relevé. Bien sûr, il manque des détails, et parfois de la profondeur, mais en plus de 2h30 de temps, il aurait été dur de tout représenter.

C’est donc à mi chemin entre le récit mot pour mot et la réinterprétation que se trouve cette pièce d’Alexis Goslain. La mise en scène a semblé vouloir focaliser le regard du spectateur sur chaque personnage. La disposition de la scène fait en sorte que le plateau soit divisé en plusieurs parties et selon l’éclairage, un nouveau récit se raconte. On s’intéresse, à tour de rôle, à chaque problème sans perdre de vue l’émotion centrale qu’est la culpabilité. On peut jouir d’une grande distribution où presque chaque acteur se concentre, avec talent, même si parfois beaucoup de caricature, sur une unique figure de l’histoire.

 C’est très dynamique et cela met en avant certaines thématiques comme la question de l’alcoolisme. Les sujets tels que la charité, la famille ou encore la religion eux passent, en revanche, trop rapidement. Oui, quelques scènes abordent ses problématiques, mais cela est bien trop futile pour nous faire entrer dans la réflexion…

Mais ce n’est pas là le seul hic de cette transformation. On omet aussi de parler de l’innocente Élisabeth Ivanovna, tuée alors qu’elle n’est coupable de rien. On peut le voir comme un choix artistique (vouloir focaliser l’histoire sur le seul thème de l’héroïsme) mais c’est sans doute une clef en moins pour se rendre compte de la culpabilité qui ronge le cœur de Raskolnikov. Cela rend le début de la pièce assez flou pour ceux qui ne connaissent pas l’histoire.

Mais un spectacle n’est pas un livre. Être harcelé de réflexions ne nous fait pas passer pour autant une agréable soirée, au contraire ! La pièce se veut assez détendue malgré le sujet abordé et pour ne pas perdre son spectateur, elle fait parvenir les informations importantes tout en lui laissant le temps de les digérer.

Enfin, le décor est un ensemble d’échafaudages très bien pensé, compact et surprenant. De fait, c’est aussi dénudé. Pas de grands rideaux, de tableaux, de fauteuils… Que le strict nécessaire (si ce n’est la cigarette, un accessoire à la mode mais qui n’est peut-être pas tellement indispensable), qui nous laisse transparaître l’austérité des vies présentées. Le tout accompagné d’une musique angoissante, voilà la recette du décor parfait pour le thème du livre !

En quelques mots, on peut dire de « Crime et châtiment » qu’elle est une réussite, même si simpliste, avec un très bon décor et une grande distribution. Soulignons aussi la gentillesse du personnel et la convivialité de l’endroit. Bref, on vous promet de passer un bon moment!

Du mercredi 27/02 au samedi 23/03/2013, tous les jours sauf le lundi, à la Comédie Claude Volter, 98 avenue des Frères Legrain à 1150 Bruxelles, à 20h15 (et 16h le dimanche), 23€ prix normal, 19€ pour les seniors, 10€ pour les étudiants (-26 ans).

Adaptation et mise en scène : Alexis Goslain

D’après le texte de : Dostoïevski

Avec : Chloé Struvay, Sarah Woestyn, Michel de Warzée, Bernard d’Oultremont, Bruno Georis, Mathieu Besnard, Bernadette Mouzon, Jacqueline Bollen, Julien Devisscher, Nicolas Legrain, Xavier Percy et Sergio Zanforlin

Plus d’infos: Comédie Claude Volter

Tags from the story
Written By

Hallo! Je suis une Étudiante en Philosophie, une Grande Voyageuse, une Jeune critique et une Rédactrice pour plusieurs blogs/journaux... Je vous conseille en films, pièces, livres et voyages! D'ailleurs, je vis actuellement au pays du sirop d’érable... Tchuss! :)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *