Cristobal Colon en America

Qui ne connait pas ce brave Colomb et sa découverte des Amériques? « 1492! » s’écrient les écoliers en choeur. Mais, à part ce fait indéniable, connait-on vraiment les détails de cette histoire? Rarement. Et ses impacts sur la littérature hispano-américaine? Encore moins. Aujourd’hui, elle vous est – rapidement- contée.
En 1492, Christophe Colomb part à la conquête des Indes. Que veut-il ? Bien sûr, trouver la route vers les Indes ou l’Asie mais aussi créer une alliance politique avec le grand Khan contre les musulmans, découvrir des îles encore inconnues, mettre la main sur l’Inde et ses épices ainsi que l’Asie et son or. En réalité, le voyage lui-même était une grande aventure : les amazones, les sirènes, la fontaine de jouvence… Qui sait sur quoi il allait tomber? Le 12 octobre 1492, il arriva aux Bahamas. La nudité de la population l’étonne, c’était non seulement indécent et honteux pour la population chrétienne mais aussi une sorte de retour à la période pré-pêché originel. Christophe Colomb lui, croit être au Japon. Il retourne alors rapidement en Espagne pour organiser trois autres voyages en 1493, 1498 et 1502. Ce n’est qu’après le 3ème voyage qu’il a l’intuition d’avoir découvert de nouveaux mondes. Toutefois, il imagine toujours être en Inde. Plus tard, il pensera à la possibilité d’un nouveau continent mais toujours proche de l’Inde. Son voyage est le point de départ de l’expansion hispanique. Les Espagnols doivent alors construire des bases fortifiées, des défenses contre leurs rivaux européens qui les jalousent et se méfient de toutes ces richesses… Affirmant leurs vues et leur culture aux indigènes. Ce fut rapidement la débâcle, des questions s’imposèrent aux indigènes : « Mes Dieux sont-ils moins forts que ceux ou celui des autres ? », « Mes Dieux m’ont-ils abandonné ? »… Des êtres indépendants et fiers de leur culture se retrouvent esclaves, leur culture est reniée et souillée. A l’inverse, pour les Espagnols c’est un renforcement identitaire, ils voient leur victoire dans la soumission de l’autre. Longtemps, les populations métisses et indigènes s’identifièrent à la défaite et à l’oppression des indigènes. L’expérience traumatisante des aborigènes a touché l’inconscient collectif et fait place au complexe de domination qui, une fois installée, les conditionne et s’étend… De nombreux textes fort significatifs seront publiés sur cette question au 19 et 20ème siècle qui est encore le sujet de débats publics permanents.
Ainsi, « Qui sommes-nous et quelle est notre spécificité? » semble être la question centrale à nature essentialiste de la littérature hispano-américaine. Cependant certains s’y opposent ostensiblement. Selon eux, la question à se poser devrait être: « Qui voulons-nous être? » dont la nature nettement plus existentialiste nous promet encore de beaux romans.
Written By

I'm always curious about new things, I love learning and I'm a creative person. That means I need to use my creativity to feel good and happy. That's why I've created Culture Remains and my other website, Naïra.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *