Dark Shadows

« En l’an 1752, Joshua et Naomi Collins, et leur jeune fils Barnabas, quittent Liverpool et prennent la mer en direction de l’Amérique pour commencer une nouvelle vie. Vingt ans plus tard, Barnabas, est riche, puissant et un playboy invétéré… jusqu’à ce qu’il commette la grave erreur de briser le cœur d’Angélique Bouchard. Angélique, sorcière, le condamne à un destin pire que la mort : elle le transforme en vampire et l’enterre vivant. Deux siècles plus tard, Barnabas est libéré de sa tombe par inadvertance et émerge dans le monde très différent de 1972. » 
 
Dark Shadows, c’est déjà le buzz du moment. En effet, Tim Burton réinvestissant un pur produit de la comédie américaine des années 60-70 a très rapidement fait plus d’un dubitatif mais… ont-ils eu raison de se méfier?
Une chose est sûre, si vous connaissez l’univers de Tim Burton, vous ne serez pas dépaysés car Dark Shadows porte très clairement la griffe burtonienne. L’atmosphère sombre – et toutefois chatoyante -, le décor ciselé et impeccable, les costumes splendides et la brochette d’acteurs incroyables, tous sont encore une fois au rendez-vous pour nous prouver que ce brave Tim ne perd pas le nord.
Un style toujours parfait donc, qui compense heureusement le scénario qui est, quant à lui, un peu moins irréprochable… De fait, malgré les divers clins d’œil, les répliques cocasses et les gags sympathiques, on ne peut s’empêcher de rester sur sa faim (surtout quand on pense à la folie furieuse qu’était « Mars Attacks ») au point que les incohérences scénaristiques devant lesquelles nous n’aurions peut-être pas bronché (trop occupés à nous fendre la poire en deux) nous gênent et nous titillent.
Toutefois, bien qu’il laisse indéniablement un arrière-goût de « fin bâclée » et de léger manque d’extravagance, Dark  Shadows ne se laisse pas moins regarder et apprécier.
Written By

I'm always curious about new things, I love learning and I'm a creative person. That means I need to use my creativity to feel good and happy. That's why I've created Culture Remains and my other website, Naïra.

1 Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *