Desperate Housewives

« Ce feuilleton met en scène le quotidien mouvementé de quatre femmes (parfois gagnées par le bovarysme). Susan Mayer, Lynette Scavo, Bree Van de Kamp et Gabrielle Solis vivent à Wisteria Lane dans la ville de Fairview. »

Des femmes au foyer américaines vivant dans une petite banlieue tranquille… A priori, absolument rien à voir avec la plupart des spectateurs francophones. Pourtant, ces femmes, aussi différentes qu’elles puissent être de nous et leur vie de la nôtre, nous parlent et leurs aventures nous font rire, sourire voire même pleurer. Comment expliquer ce phénomène? Très simplement.

Le succès de cette série réside principalement dans la justesse de tonDesperate Housewives nous livre non seulement des protagonistes complexes et pleines de ressources entretenant une histoire d’amitié dans toute sa réalité (autrement dit, avec ses hauts et ses bas) sans qu’un pan en soit caché mais aussi une analyse très pertinente des relations humaines quelles qu’elles soient. Tout y passe: parents, enfants, époux, amis, copains, connaissances, voisins, amants, patrons, ennemis; personne n’est jamais lésé. Rares sont les analyses psychologiques si complètes et ne présentant pas d’illogisme flagrant.

Leur secret? La voix-off. Si dans certains produits, elle nous semble inutile ou redondante voire exaspérante, la voix-off de Desperate Housewives est clairement la clef de voûte (et du succès) de cette série.  Sa particularité?  Ne pas être un personnage de l’histoire narrée (mais l’avoir suffisamment été pour être impliquée). En outre, son statut particulier – morte, en fait – lui permet non seulement une narration omnisciente de focalisation zéro mais aussi une égalité de ton et un détachement plaisant et apaisant. En ressort, justement, une capacité à analyser psychologiquement et objectivement les différents protagonistes, ainsi qu’à énoncer placidement vérités générales (et pas toujours bonnes à dire) et sagesses populaires sans, toutefois, appliquer de jugement. Cette absence de critique se trouve être plus que reposante pour le spectateur qui est constamment appelé à subir les jugements de valeur d’autrui. Que ce soit des personnages de la série ou des gens qu’ils côtoient…au quotidien.
Tags from the story
Written By

I'm always curious about new things, I love learning and I'm a creative person. That means I need to use my creativity to feel good and happy. That's why I've created Culture Remains and my other website, Naïra.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *