Détours, un festival qui vaut le détour !

Malgré le temps maussade, le festival Détours s’est tenu ce week-end au bois de la Cambre. Dans une ambiance conviviale, avec des spectacles de qualité, des mojitos et un barbecue qui ont presque réussi à nous faire oublier la pluie…

Des nombreuses représentations qui ont eu lieu au cours de ce festival, je retiendrai la performance des graffeurs Totipoten et Pitre, qui nous ont offert un spectacle d’une qualité et d’une originalité rare, basé sur la réalisation en direct d’une fresque murale et d’une réflexion très intéressante sur l’art du graffiti.

Vient ensuite le show humoristique et touchant de Phax, danseur de rue et pionnier de la technique du « slow motion » qui consiste à donner une impression de ralenti extrême à ses mouvements, ce qui fait que le spectateur finit par avoir l’impression de regarder une vidéo décomposée en images/secondes.
Le spectacle de Julien Carlier et Yassin Mrabtifi, Insane Solidarity,  a aussi marqué pas mal d’esprits. Il s’agit ici d’un duo de danse Hip-Hop qui traduit la rencontre entre deux personnages que tout oppose (taille, approche de la danse…) l’un danse debout, l’autre évolue au sol.
Enfin, le concert de Veence Hanao, accompagné de Rémi Zombek nous a entraîné dans un univers sombre, peuplé de mauvais whisky, de rêves déchus et de Mickey dark…
Et n’oublions pas non plus la joyeuse compagnie des Polissons, les fresques murales extérieures réalisées par des graffeurs de renom tout autour du Théâtre de Poche, le battle expérimental remporté par Arthy Pedros, le spectacle « Les absents ont toujours Tort-illa » et tellement d’autres animations qui valaient vraiment… le détour !
Crédit photo: Maïté Renson
Tags from the story
Written By

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *