The East

Lorsqu’un groupe écoterroriste prévoit trois actions à l’encontre de grandes multinationales afin de les faire payer pour leurs actes criminels, Sarah est chargée d’infiltrer le groupuscule afin de dévoiler leurs agissements. Après une méfiance générale et un accueil pour le moins incongru, Sarah commence à gagner la confiance de cette curieuse communauté, et plus particulièrement celle de son leader charismatique, Benji.

Si le film manque un peu de développement quant à la thématique de l’écoterrorisme en général, et si l’on s’attend à une fin davantage creusée, on ne peut nier l’engouement que l’on ressent à la vue de The East. En effet, le film flirte avec l’ambiguïté et la controverse, et nous fait retourner notre chemise plus d’une fois. L’alchimie entre Skarsgard (Benji), parfait dans son rôle, et Marling (Sarah) est telle que, si l’on est un peu sensible comme moi, on frissonne d’excitation au fur et à mesure de la progression de l’intrigue.

Là où Martha Marcy May Marlene pouvait paraître un peu mou car focalisé essentiellement sur une atmosphère pesante et une incertitude constante quant à la réalité, The East allie sentiment d’irréel, légèreté et action, offrant un petit côté plus mainstream, ce qui ne sera pas pour déplaire au grand public.

The East est un de ces films qui, sans grande prétention, fait réfléchir, touche et intéresse, sans oublier de divertir.
Written By

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *