Éclectisme et grandes promesses pour les Nuits du Bota 2015

Ça y est! Bon, on n’est plus de toute première fraîcheur mais disons, pour notre défense, qu’il nous a fallu au moins dix jours pour décortiquer le passionnant et bouillonnant programme des Nuits du Botanique 2015, 22èmes du nom. Car oui, le programme a été dévoilé et, comme qui dirait, il gère sa race avec une collusion des genres, des découvertes, des grandes et attendues release parties et beaucoup d’autres choses. Détails de ce moment faste du mois de mai (du 9 au 19, mais ne traînez pas pour vos places, certaines soirées sont déjà sold out!).

Avec, avant d’entrer dans le vif du sujet, deux soirées délocalisées et en marge du festival en tant que tel. Ainsi le dimanche 26 avril, au Cirque Royal, le lancement des festivités à la gloire de la musique se fera entre hip hop et elecronica avec Kutmah, Shabazz Palaces et Flying Lotus. Le mercredi suivant fera la part belle au post-rock et à l’ambient de Godspeed You! Black Emperor et aux couleurs expérimentales de Xylouris White.

Un premier week-end bien animé

Après quoi, les premiers festivaliers auront sans doute leur dose pour attendre le samedi 9 mai et le véritable lancement de ces Nuits 2015. Avec pour promesse du surprenant. Alors qu’il y a quelques jours se déroulait dans le monde le Rock 21 donnant parole et instruments à des personnes atteintes de trisomie 21, le Grand Salon du Botanique donnera tribune au Wild Classical Music Ensemble regroupant 5 musiciens de rock brut, tous atteints de maladies mentales diverses et entourant Damien Magnette. La musique n’a sans doute jamais été aussi libératrice que pour ces personnes souffrantes. Ce soir-là, il y aura aussi Gontard! (spoken world electro) et Facteur Cheval né de l’association de Carl (sans ses hommes-boîtes) et de Zoft pour du rock abracadabrantesque.

Du côté du chapiteau des Nuits du Bota 2015, autre style et autre envergure (c’est déjà complet) avec le psychotique Colisée, la folk mélancolique de l’Irlandais Adrian Crowley et, surtout, la révélation venue d’une autre planète sur son vaisseau-piano: Benjamin Clémentine. Sensationnel vibrant rappelant les grandes voix du passé, son passage risque bien de ne pas laisser indemne.
L’Orangerie des Nuits du Bota 2015, elle, se prêtera à la présence prenante plus que fantomatique de Ghostpoet, grand homme du hip hop électronique dont le dernier album s’est montré bouleversant.
À la Rotonde, et en indie, c’est une dinosaure de la scène belge que le public retrouvera avec la revenante (elle n’a plus tourné depuis les années 80 et son groupe les Honeymoon Killers): Véronique Vincent accompagnée d’Aksak Maboul. Par-ci, par-là, la soirée se conclura (ou commencera?) en after parties servies par Clark, Helena Hauff, Gazella Twin, Blank Mass, Orphan Swords + Dj Maze et… Walter Hus.

L’occasion de deux,trois mots sur Walter Hus, monsieur central du festival puisqu’il l’accompagnera du début à la fin avec son orgue Décap. En effet, il promet une aventure incroyable faite d’improvisation et de sensation avant chaque concert et réalisera sans doute l’une ou l’autre prestation en collaboration avec les artistes. Lors d’une soirée dédiée, Walter revisitera aussi les classiques de la techno. Un incontournable.

Venons-en au dimanche. Sous le chapiteau, affiche soignée, une nouvelle fois, avec l’afropop et soul de la diva Asa, les divagations entre pop, folk et soul de Sophie Hunger (souvenez-vous, sa reprise de Le vent nous portera n’avait laissé personne indifférent) et l’incroyable Talisco. En effet, lors de la conférence de presse Nuits du Bota 2015, nous avons pu assister à un mini-showcase de ce chanteur français en anglais aussi surprenant qu’impressionnant avec une voix à se damner et des mélodies énergiques entre électro, pop et rock.
À l’Orangerie, celui qu’on ne présente plus, Jacco Gardner fera parler sa pop psychédélique. Et l’indie rock d’Alamo Race Track.
Côté Rotonde, il y aura une soirée francophone avec Grand Blanc dont on n’entend que du bien depuis un moment et Bagarre véritable patchwork d’ambiances.
Au Grand Salon, Walter Hus continuera de triturer son orgue, Phoria, son électro-pop et Den Stoke Stole, sa world experimental.

Des release parties belgo-belges

Après un week-end aussi enthousiasmant, rassurez-vous, la tension et les bonnes ondes ne retomberont pas. Rien de moins qu’Elvis Black Star (Orangerie) et Roscoe (Rotonde) présenteront leurs nouveaux opus, le lundi. Le mardi des Nuits du Bota 2015, ce sera au tour des Great Mountain Fire (Orangerie) qui nous reviennent après un silence un peu trop pesant.
Quant à Balthazar (le jeudi 14/05 au Cirque Royal, COMPLET), même s’il ne viendra pas pour une release party, le groupe courtraisien pourra compter sur un album tout beau et tout neuf. Pareil pour Ivan Tirtiaux (le jeudi 14 mai à la Rotonde) et Romano Nervoso (en support d’Elvis Black Star). Les Nuits compteront aussi sur la création originale de Nicolas Michaux (ex-Été 67) autour de son nouvel album, à paraître très bientôt.

Des chanteurs sacrés français

On a déjà parlé de Grand Blanc et Bagarre, dans la tradition de la chanson française. Mais il y aura aussi quelques monstres sacrés. Sacrés autant que respectables et moins médiatiques. Dominique A (le mercredi 13 mai au Cirque Royal) pour commencer, qui nous est revenu avec un fantastique album, pour nous emmener à Éléor et même plus loin. Puis la multi-générationnelle famille Chédid où le plus connus Louis et Mathieu seront rejoint par Joseph et, en touche féminine d’Anna (le Samedi 16 mai au Cirque Royal). À noter les belles promesses, en partie déjà concrétisées avec un premier EP lancinant et incroyable, Feu Chatterton!, la nouvelle génération renouant avec l’interprétation des plus grands chanteurs-« émotionneurs », à suivre de très près.

… Et tous les autres

Vous vous en doutez, impossible de tous les aborder et présenter, ces artistes prodigieux (autant que l’affiche proposée) qui vous enchanteront pendant 10 jours. Le meilleur moyen d’y succomber n’est-il d’ailleurs pas d’aller les voir sur scène? En attendant qu’ils suscitent le plaisir des oreilles et que le moi de mai se fasse moins impatient, voilà quelques noms pêle-mêle: Ibeyi, The Do, Chapelier Fou, Rone (complet), Soak, Birdy Nam Nam, Alice on the roof, Hindi Zahra, Joy, Aka Moon

Tout le programme des Nuits du Bota 2015 sur le site du Botanique.

Tags from the story
Written By

Cultureux vorace et journaliste avide, je me promène entre découvertes et valeurs sûres, le plus souvent entre cinéma, musique et bandes dessinées mais tout est susceptible d'attirer mon attention :)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *