Ecritures d’herbes, la nature d’Alechinsky

C’est une magnifique maison gothique du XVIème siècle, située à quelques pas de l’église Saint-Guidon, qui accueille la nouvelle exposition de Pierre Alechinsky. Cette bâtisse, rachetée par la commune d’Anderlecht, fait désormais partie des musées de la commune depuis 1932. La Maison d’Erasme, dans laquelle l’humaniste est venu consulter une bible manuscrite, a gardé la plupart de son charme d’époque.

Erasme1

Mais le musée s’est adapté à son temps et propose, depuis 2000, des expositions d’œuvres contemporaines dont certaines ont pris place dans le jardin comme le Volcan de vie, fontaine imaginée par Bob Verschueren. Les bassins de Marie-Jo Lafontaine, quant à eux, nous feraient oublier que ce jardin philosophique se trouve à quelques dizaines de mètres de la place de la Vaillance à laquelle le bourgmestre de la commune, Eric Tomas, fera référence indirectement dans son discours d’introduction parsemé de quelques mots de la langue de Vondel.

Alechinsky3

Dans la salle du rez-de-chaussée, Daniel Abadie, commissaire de l’exposition, donne des informations sur le projet ainsi que sur la difficulté de ne pas écraser les tableaux anciens par les œuvres contemporaines. Pari réussi puisque le rouge de Venise utilisé par Pierre Alechinsky se marie plutôt bien avec les couleurs vertes et dorées présentes sur les murs. Un disque de cuivre représentant l’eau, l’air et le feu a été imprimé en noir sur la quinzaine de travaux sur papier. L’artiste a ajouté l’élément manquant, la terre, sur chacun de ses travaux en l’interprétant, à chaque fois, différemment mais dans le style bien connu du peintre.

Alechinsky2

Au premier étage, l’exposition Ecritures d’herbes nous emmène encore un peu plus vers les plantes puisque tous les dessins ont été réalisés sur des planches d’herbiers du XVIIIème siècle. L’artiste a parcouru de nombreuses brocantes au Danemark comme en Belgique afin de retrouver des planches de ces herbiers dont les tiges forment, après l’utilisation d’encre et le talent d’Alechinsky, des motifs d’une robe ou les cheveux d’un personnage. Les champignons imprimés deviennent des chapeaux tandis que des feuilles deviennent des traits de visages. Plus d’une quarantaine de dessins réalisés en 1982, 1988 ou 1990 font honneur à l’imagination et font de ces « collages sans colle » d’excellents supports à la rêverie.

Ecritures d’herbes

Du 22/05 au 16/11/2014 (du mardi au dimanche  de 10h à 18h) à la Maison d’Erasme, Rue du Chapitre, 31, 1070 Bruxelles

Prix d’entrée pour la Maison d’Erasme et le Béguinage : 1,25 €

Plus d’infos sur la Maison d’Erasme

Tags from the story
,
Written By

Peintre, écrivain en bâtiments.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *