Eh bien dansons maintenant ! – Karine Lambert

Deux personnes d’âge mûr se rencontrent. Toutes deux ont perdu depuis peu leur compagnon de vie. Mise à part cette perte récente, tout les sépare, leur milieu, leur culture…

Karine Lambert s’attaque une nouvelle fois au thème de l’amour au travers de situations cocasses, et de clins d’oeil amusants. Elle raconte dans ce deuxième roman une histoire jolie et tendre. La forme est originale et le fond simple, sans mièvrerie ni extravagance.

Les titres des livres de la romancière me font penser à certaines comédies romantiques à l’américaine que l’on commence en se doutant bien de la suite mais qui finissent pourtant par nous surprendre et nous bouleverser parce qu’elles creusent, mine de rien, le sujet plus en profondeur.

Au-delà de la rencontre des deux protagonistes et de la joliesse de leur histoire, Karine Lambert touche aux thèmes de la vieillesse, de la mort ; aux deuils -tant de ceux qui sont partis que de ceux qu’il nous faut faire tout au long de la vie- et enfin à l’amour, à la pulsion de vie – à l’Éros des psychanalystes.

Si la romancière avait dans son premier roman, L’immeuble des femmes qui ont renoncé aux hommeslaissé l’amour et le renoncement se faire la guerre sans déclarer d’ultime vainqueur, ici, il est assez clair dès le départ que l’amour – la vie, n’a pas dit son dernier mot pour ces deux personnages attachants.

Karine Lambert illustre bien l’urgence des sentiments, à un âge avancé, quand on sait que le temps est compté et que l’on décide de ne plus badiner avec l’amour.

Déjà fragiles, traités par leur entourage inquiet comme de grands enfants, leur force réside dans cette fragilité-même. Ce frein symbolique qu’est leur âge, s’avère n’être, en fait, qu’un accélérateur puissant. Au crépuscule de leur vie, ces deux personnes se lancent sans fausse pudeur, sans les tergiversations qui signent les amours de jeunesse. Leur amour est un sursaut, un dernier souffle de vie. Un pied de nez à la finitude, à sa propre mort et au “de toute façon c’est déjà fini” propre à notre société qui enferme chaque âge dans des rôles prédéfinis.

Car quand l’auteure raconte la vieillesse, c’est surtout celle que voudraient bien les plus jeunes pour leurs parents. Avec des touches d’humour et de cynisme qui m’ont surprise et parfois fait rire aux éclats.

J’aurais sans doute aimé que l’auteure creuse un peu plus profondément la description du couple naissant. Au travers peut-être, d’un prisme un peu moins teinté de “rose” et avec un réalisme plus affirmé, plus cru. La nouvelle histoire d’amour a, selon moi, un côté idéalisé un peu loin des contradictions que sait si bien développer l’écrivain en général. Mais c’est sans aucun doute un très bon moment que j’ai passé en lisant ce deuxième roman de Karine Lambert qui a décidément quelque chose de très belge dans sa façon de faire du beau avec du simple, et d’accommoder les thèmes plus lourds d’une touche d’humour et d’un brin de cynisme. L’écrivain a le talent de ceux qui n’ont pas besoin d’en faire trop tout en parvenant à en dire beaucoup. Jolie prouesse!

Eh bien dansons maintenant !  de Karine Lambert, publié chez Jean-Claude Lattès, 281 p., 17€

Tags from the story
Written By

Lectrice inassouvie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *