Élémentaire, mon cher Derrière!

Après Les Moustiques n’aiment pas les applaudissements, Les fourmis n’aiment pas le flamenco et Les mites n’aiment pas les légendes, Auguste Derrière nous revient avec un nouveau titre bestial d’une logique implacable: Les girafes n’aiment pas les tunnels.

Si vous êtes amateur de traits d’esprit et d’humour et que vous ne connaissez pas Auguste Derrière, allez au coin, car grande est votre lacune! Fleuron de l’absurde et du jeu de mot laid au début du XXe siècle, cet illustre bonhomme révolutionna l’art naissant de la publicité par son approche peu commune du slogan, puis devint la coqueluche de l’élite culturelle de l’époque, avant de tomber dans les sombres profondeurs d’un oubli auquel il fut mis fin grâce à la découverte d’une malle d’archives contenant ses nombreux travaux, qui nous sont transmis aujourd’hui. Et fort heureusement car quelle tristesse c’eût été de passer à côté de l’excellente oeuvre de Monsieur Derrière! Quel homme, quel esprit, quel talent!

derriere1

Dans la continuité des trois premiers tomes, Les girafes n’aiment pas les tunnels nous présente 400 nouvelles pensées, maximes, dictons et réclames désuètes. Un constat: Auguste n’a rien perdu de son ingéniosité! C’est toujours aussi drôle et frais; ça déborde d’inventivité, de détournement, de bêtise et de mauvais goût comme on les aime. Mémorisez quelques proverbes dérivés, et parsemez-les de-ci, de-là; nul doute qu’ils feront mouche auprès de votre audience! Sans blague, l’aspect culturel de ces sottises éclairées réveilleront aussi votre cujée. Trait caractéristique, le graphisme vintage de Poaplume, toujours aussi réussi, apporte la touche finale à ce recueil formidable. Bref, posez votre vénérable séant et délectez-vous de ce nouveau Derrière qui ne manquera pas, comme la mer, de vous faire marrer!

Les girafes n’aiment pas les tunnels, Auguste Derrière, Le castor astral, 160 p., 13,90 €.

Tags from the story
Written By

Coordinatrice éditoriale pour Culture Remains, j'use aussi de temps à autres de ma plume. Culturellement plutôt classique, je reste toujours ouverte à d'autres horizons.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *