En attendant…

 « Sept personnes viennent de mourir le même jour, à la même heure, à la même minute et à la même seconde mais pas à la même époque. Les voilà qui se retrouvent, hors du temps, dans l’antichambre de la Mort. Ils attendent… entre deux mondes. Ils sont là, acceptant leur sort. Tous, sauf un. Un enfant qui va bousculer les idées reçues sur l’au-delà et le repos éternel. Ils croyaient faire face à la mort mais une épreuve bien plus redoutable les attend : faire face à leur vie. »
Un jeu entre la vie et la mort, une révolte et un huis-clos. What else?
 
Les romanistes sont à nouveau sur les planches (mais ce n’est pas nous, cette fois-ci et un brin de nostalgie nous assaille ainsi que la curieuse sensation d’avoir fait son temps lorsque nous contemplons ces visages inconnus qui s’offrent à nous) dans une pièce mortellement mouvante et au rebondissement final des plus inattendus. Un début mitigé, des légers défauts de prononciation, quelques cafouillages mais, dans l’ensemble, chacun s’ancre dans son  rôle au point que le spectateur ne peut voir ces acteurs autrement que sous les formes des personnages qu’ils incarnent. Seule  l’enfant ne nous offre pas une performance complètement authentique mais, ne la blâmons pas trop, un tel rôle-clef n’est pas des moindres et certainement très difficile à jouer.
Que dire de plus? Rien, il me semble. Nous restons encore sans voix devant ces interprétations terribles, grandioses, au point qu’un terrible noeud se forme dans notre estomac.
Du 04/04 au 05/04 à la Salle Delvaux à l’ULB
Mise en scène : Salvatore Di Bennardo, Valérie Marchand
Avec Élise Lardinois, Martin Bolle, Benjamin Peuch, Marie Dossin, Joaquim De Moor, Margaux Lauwaert, Anne-Charlotte Betton.
Written By

I'm always curious about new things, I love learning and I'm a creative person. That means I need to use my creativity to feel good and happy. That's why I've created Culture Remains and my other website, Naïra.

2 Comments

  • Merci pour cette critique…la première de mon travail en tant qu’auteur…

    Est-ce qu’on peut dire que ça me touche?

    Ouaaaiiis, ça me touche grave !

    Salvatore Di Bennardo

  • Avec plaisir! Je vais même avouer que ce matin encore je réfléchissais toujours à la psychologie des personnages. La pièce me poursuit!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *