Esperanzah 2017 : Un festival engagé et festif !

Esperanzah

Avec le démarrage de Couleur Café et de Rock Werchter ce weekend, nous déclarons la saison des festivals officiellement ouverte !

Cette année, les rédacteurs de Culture Remains vous présentent pas moins de 5 festivals : Couleur Café avec Eloïse, Dour avec Malko, le Brussels Summer Festival avec Coline, la Semo avec Carole et Max et enfin, Esperanzah (notre petit chouchou) avec Benjamin et Laura.

Ça va swinguer.

Esperanzah 2017 : une métamorphose !

Tout le monde vous le dira, la clé du succès, c’est se ré-in-ven-ter. Esperanzah applique cet adage à la lettre en repensant complètement sa structure. Exit les scènes Côté Cour et Côté Jardin, place à trois « nouvelles » scènes répondant aux doux noms de Futuro, Alpha et Jardin. S’ils n’avaient pas gardé le nom Jardin, on aurait pu croire à des noms de rappeurs mais pas de panique, derrière ces noms énigmatiques se cache un vrai concept :

  • Futuro sera la scène des sons émergents, du « futur ». Vous pourrez donc y écouter des artistes avec une identité musicale bien particulière. Des petites trouvailles qui vous permettront de faire le malin lors de votre prochaine soirée entre potes en somme.
    On vous conseille VIVEMENT d’aller voir les petits foufous de Dengue, Dengue, Dengue. Ce groupe péruvien nous livre une cumbia-électro savoureuse et nous prouve que la scène péruvienne reste une référence en la matière. Vous prendrez bien un Pisco Sour avec ça ?

  • Alpha accueillera les sons de la « terre », les musiques du monde. Sur cette scène, vous pourrez notamment écouter l’envoûtant groupe Yallah Bye d’origine belgo-tunisienne.Ne ratez surtout pas le groupe Chicos Y Mendez dont on vous parlait il y a un an à l’occasion de leur passage à Couleur Café. Également habitué des scènes d’Esperanzah, ce groupe belgo-latino – mais surtout alterlatino – vous mettra la patate en rien de temps avec ses textes engagés et ses bonnes ondes.
  • Enfin, Jardin verra défiler les têtes d’affiches du festival et cette année, autant vous dire qu’il y a du niveau. Côté Hip-Hop, les darons d’IAM viendront célébrer les 20 ans de leur album culte L’école du micro d’argent. Oui, 20 ans. Ça ne nous rajeunit pas tout ça.
    Mais IAM ne se contentera pas de réinterpréter ses classiques. Le groupe marseillais viendra également nous présenter son nouvel album Rêvolution – contraction de rêve et d’évolution,  sorti en mars dernier et déjà disque d’or en France. Allez, il vous reste un mois pour mémoriser toutes les paroles de Petit frère et faire partie des « vrais ». Rendez-vous le samedi 5 août pour faire la Rêvolution avec eux.

Dans la droite lignée d’IAM, nous retrouverons Keny Arkana avec sa verve impressionnante et une énergie à vous réveiller les morts. Véritable boule de rage – positive principalement – la Marseillaise qui se définit comme étant une militante alter-mondialiste avant d’être rappeuse, vous bluffera par la qualité de ses textes qui n’épargnent personne. Des politiciens corrompus, aux manipulations des médias en passant par notre société, personne n’est épargné par la plume de Keny Arkana. Après son concert, vous n’aurez envie que d’une chose : changer le monde avec des punchlines. Et comme c’est pas donné à tout le monde, vous pourrez aussi le faire en vous informant auprès des nombreux débats, workshops et documentaires que vous propose le festival avec sa campagne « Des ponts contre leurs murs ».

Construire des ponts, pas des murs

Changer le monde, c’est l’un des objectifs d’Esperanzah et c’est pourquoi le festival détient une place spéciale dans les coeurs bien ancrés à gauche. À chaque édition, le festival choisit de centrer sa programmation sur un thème d’actualité. Cette année, ce sera la campagne « Des ponts contre leurs murs » qui guidera et rythmera les festivité 3 jours durant. À l’heure où de plus en plus de murs s’érigent dans le monde pour se « protéger », construire des ponts entre les cultures, les peuples et les personnes semble plus que jamais nécéssaire. Face au repli ambiant, Esperanzah vous propose donc le partage sous toutes ses formes : concerts, conférences, cinéma et  workshops.

Le village des possibles accueillera de nombreux débats dont un sur la Palestine qui célèbre avec amertume les 50 ans de son occupation, un autre abordera la face cachée des centres fermés belges et enfin un débat mettra en question les frontières de l’UE : autant de murs à abattre, autant d’espaces à rouvrir pour le bien de tous. Le village sera également le théâtre d’initiatives citoyennes telles que le projet « Jeunesse nomade », spectacle de danse et de théâtre, fruit de la rencontre entre des mineurs étrangers non accompagnés et des membres de 6 Maisons de Jeunes en Belgique. Deux mondes différents mais une même jeunesse qui s’interroge sur le monde qui l’entoure. A voir, de toute évidence.

Si la fameuse canicule du mois d’août fait son apparition, vous pourrez toujours vous réfugier dans la salle obscure du festival pour y découvrir la sélection de documentaires et de films engagés. Ne manquez pas la projection de « I am not your Negro », documentaire sur les luttes sociales et politiques des Afro-Américains, acclamé par la critique.

Esperanzah

Enfin, si l’envie vous prend de flâner entre deux concerts, vous assisterez, parfois par hasard mais toujours avec plaisir aux différents spectacles organisés dans différents endroits du festival : saltimbanques, troubadours, clowns, comédiens et fanfares seront là pour animer vos journées qu’on espère mouvementées, engagées et placées sous le signe de la solidarité !

Rendez-vous à Esperanzah les 4, 5 et 6 août à l’abbaye de Floreffe.

Retrouvez toute la programmation du festival sur le site officiel d’Esperanzah.
Journée : 36€/38€
Pass 3 jours : 76€

Tags from the story
,
Written By

Laura, 28 ans, 1m55. Titulaire d'un diplôme loufoque : Sciences des religions et de la laïcité. Ecrit des articles non moins loufoques pour Culture Remains. Nourrit une passion pour M.I.A, le Théâtre de Poche, son chat, Edgar Allan Poe et les plantes carnivores. A toutes fins utiles, sachez qu'elle est très facilement corruptible si on lui offre à boire et à manger.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *