Eugène Ionesco – La cantatrice chauve

Where is Brian? Brian is in the kitchen.
 
Le point de départ de l’écriture de cette pièce est pour le moins intéressant. Ionesco, Eugène de son prénom, est un auteur français du 20e siècle (j’espère tout de même que je ne vous apprends rien jusqu’ici) qui, un beau jour, décida d’apprendre l’anglais (car il avait déjà compris que le français allait mourir seul dans le coin crasseux destiné aux rebuts du top five des langues les plus parlées au monde). Face à l’artificialité de la méthode Assimil aux phrases plates et non naturelles, il eut l’idée, pour le moins brillante, d’écrire une pièce aux dialogues incohérents nappés d’une couche d’absurdité qui, somme toute, se révèle être la caractéristique première de son œuvre.

Nous retrouvons donc dans cette pièce à l’intrigue inexistante deux couples, les Smith et les Martin, s’échangeant, durant les onze scènes d’un acte quelque peu esseulé, tantôt des banalités tantôt quelques « kamouloxeries » (car, oui Ionesco était un précurseur, c’est un fait !). Ces parfaits prototypes du ménage anglais et leurs invités (au nom curieusement très français sans l’être pour autant), voient leur conversation ponctuée par quelques apparitions tout aussi absconses, Ionesco évitant ainsi l’ennui potentiel d’un dialogue sans queue ni tête en le pimentant d’allées et venues, de mystères inexpliqués, de considérations philosophiques à la vacuité spectaculaire et d’une foule d’inconnus sans intérêt évoqués à tour de bras.

Soit, la tête nous tourne face à tant d’informations superficielles autant que superflues et ne nous leurrons pas, en bon cartésien que nous sommes, nous espérons d’une manière ou d’une autre arriver à un dénouement à la logique plus ou moins élaborée… Mais que nenni ! Ionesco, génie incontesté, achève sa pièce en beauté nous exposant dans toute sa splendeur l
a sempiternelle viciosité de ces loghorrées insignifiantes, factices et insensées.

Again and again… Eugène, merci !

Written By

I'm always curious about new things, I love learning and I'm a creative person. That means I need to use my creativity to feel good and happy. That's why I've created Culture Remains and my other website, Naïra.

2 Comments

  • J’aime bien la référence au kamoulox… Et faut pas oublier qu’il est quand même roumain avant d’être français !

  • En effet! Avec un nom pareil, on ne peut pas le rater! Enfin, aujourd’hui, les noms n’indiquent plus rien au niveau de la nationalité. Le monde est un tel melting pot (une fois).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *