Eurovision 2015, Vienne « Building Bridges »

Dans trois semaines à peine aura lieu la finale du 60e Concours Eurovision de la chanson, avec pour slogan « Building Bridges », construire des ponts entre les cultures et les pays, imagine-t-on, dans la plus pure tradition de l’événement. Si certains en apprécient la musique, d’autres y trouvent une façon cosmopolite de faire passer le temps une soirée par an. Entre passions et rejet, le moins qu’on puisse dire c’est que ce monument audiovisuel suscite des réactions et réussit encore régulièrement à faire parler de lui, malgré son caractère suranné. On songe entre autres à Conchita Wurst, la femme à barbe qui a gagné l’édition 2014…

…ou à la dinde qui représentait l’Irlande en 2008…

…mais aussi au groupe de heavy metal finlandais Lordi en 2006 dont les déguisements de monstres avaient fait fureur.

Royaume du loufoque, du mauvais goût et de l’improbable, l’Eurovision impose aussi aux téléspectateurs de se coltiner chaque année une flopée de prestations banales qui présentent parfois même carrément un risque pour leur ouïe. Je ne vous donnerai pas d’exemples, pour votre propre bien-être.

Si vous ne tenez plus en place, l’album reprenant tous les candidats qui seront en lice cette année, demi-finales des 19 et 21 mai comprises, est disponible depuis quelques jours ! Mais que nous réserve l’édition à venir ? Des cris, des lumières et des votes, pour établir le classement, but de l’exercice. Mais aussi quelques surprises, inévitablement. La première, c’est la présence de l’Australie (oui, vous avez bien lu) parmi les 40 participants ! Il s’agit d’une invitation exceptionnelle, qui n’a pas vocation à être renouvelée (sauf si son candidat gagne) et par laquelle les organisateurs du concours saluent la passion des téléspectateurs australiens et leur soutien depuis de nombreuses années. Côté Belgique, après avoir terminé 2e de la troisième saison de The Voice Belgique, Loïc Nottet, 19 ans, représentera notre pays avec la chanson Rhythm Inside.

Quant à la Finlande, leur émissaire sera le groupe funk PKN (Pertti Kurikan Nimipäivät) dont tous les membres sont soit atteints d’autisme, soit de trisomie 21. Ils présenteront un morceau d’à peine une minute trente Aina mun pitää (Je dois toujours), qui liste une série de choses ennuyantes qui doivent pourtant être faites au quotidien. Reste à attendre les prestations des différents participants sur scène pour juger de façon plus complète du cru de cette année.

Eurovision Song Contest Vienna 2015 « Building Bridges », Universal Music.

Tags from the story
Written By

Je n'aime pas parler de moi. Ce qui ne devrait pas être un problème vu que c'est peu probable que vous vouliez lire sur ce sujet. Par contre, j'aime bien écrire sur tout ce qui suscite ma curiosité, m'amuse ou m'interpelle. Parfois aussi les trucs que j'aime pas, pour vous mettre en garde, ou vous effrayer. Dur à dire.

2 Comments

  • L’Australie ? Je veux bien que les spectateurs soient passionnés, mais quand-même, hein !
    J’aime assez ce qu’on a à proposer même si ce s’rait plus fun que les pays soient invités à chanter dans leur langue maternelle, comme avant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *