Faillir être flingué – Céline Minard

Sorti au cours de l’été 2013, Faillir être flingué est un western. On y trouve en effet des cowboys, des Indiens, de vastes étendues désertiques, un saloon, des voleurs de chevaux et une contrebasse. Mais ce n’est pas tout.

Lorsque le roman débute, le lecteur s’embarque à l’aventure avec une série de personnages en mouvement qui, pour la plupart, semblent chercher quelque chose : un endroit où se poser, un moyen de survivre, un avenir… Peu importe, en tout cas ils avancent. Cette première étape est l’occasion de se familiariser avec nos compagnons. Il s’agit de prendre le temps de les connaître un à un avant d’assister à leurs rencontres mutuelles. A travers eux, Céline Minard décrit en fait les premiers pas d’une ville américaine, la naissance d’une communauté. Sur un rythme tranquille, les interactions se multiplient, des vocations naissent, des amitiés se nouent, et vu que vivre dans cet Ouest américain n’a rien d’évident, des drames surviennent à l’occasion. Pourtant, malgré la dureté de l’endroit, ou peut-être grâce à lui, tous les protagonistes du livre transpirent d’une humanité débordante. On s’y attache, on voudrait presque les rencontrer, leur parler.

C’est bien simple : en un peu plus de trois cents pages, et malgré une entame un peu ardue, Céline Minard développe une fresque pleine de personnages incroyablement attachants et de scènes tantôt épiques, tantôt contemplatives, lorsqu’elles ne sont pas simplement drôles. J’ai tourné la dernière page de Faillir être flingué avec un sentiment mêlé de tristesse et de bonheur : celui d’avoir lu un super bouquin mais de devoir abandonner là des gens que j’aimais bien. Je n’aurais pas cru avoir un jour la nostalgie du Far West.

Céline Minard, Faillir être flingué, Rivages, 21 août 2013, 336 p.

Noni

Tags from the story
Written By

1 Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *