Femmes pirates : Mary Read et Anne Bonny

Je suis  fascinée par l’univers de la piraterie (comme vous aviez pu le constater avec mon article sur les déguisements). C’est dans ce but que je voulais absolument lire une histoire de pirate. J’ai donc demandé des conseils de lecture sur Twitter. Et là,  plusieurs personnes m’ont conseillé le livre Lady Pirate de Mireille Calmel. Je me suis donc laissée tenter, et croyez-moi je ne le regrette pas une seule seconde. J’ai pu y découvrir les vies des femmes pirates les plus célèbres de l’Histoire: Mary Read et Anne Bonny.

La véritable histoire de ces deux femmes

Mary Read est née vers 1690 en Angleterre. Elle doit s’habiller en homme dès son plus son jeune âge. En effet, son frère aîné étant mort, sa mère lui met des vêtements de garçon pour la faire passer pour son frère et ainsi continuer à percevoir l’argent de sa belle-mère. Elle a donc l’habitude de ces habits dont elle se vêtira pour se faire enrôler pour la première fois sur un navire et devenir une pirate. Encore plus étonnant, elle arrive même à s’engager dans l’armée britannique en Flandres. Elle y rencontre un maréchal des logis, un flamand, qui deviendra son mari. Mais pour se marier, elle doit révéler sa féminité. Ils ouvrent ensemble une auberge à Breda et y vivent pendant quatre ans. Elle décide de quitter la ville suite à la mort de son mari.

Regrettant la mer, elle décide de partir pour l’Amérique et de s’enrôler à nouveau sur un navire (toujours habillée en homme) : ce sera le sloop du capitaine Rackham. C’est là qu’elle rencontrera la compagne de Rackham: Anne Bonny, elle aussi vêtue comme un homme. Par son parcours, on comprend vite que Mary Read est indépendante, éprise de liberté, et que rien ne l’arrête. Sûrement pas le fait qu’une femme soit interdite sur un bateau, car cela porterait malheur…

Quand à Anne Bonny, fille illégitime d’un notable irlandais, elle grandit à Charleston et est élevée par son père comme un garçon. Elle épouse d’abord un pirate ayant peu de renommée: James Bonny. Ce dernier quitte vite la piraterie lorsque le nouveau gouverneur britannique de l’époque commence à être très répressif vis-à-vis des pirates. Le gouverneur demande aux pirates de se soumettre délibérément ou il les traquera. James Bonny devient alors l’informateur de ce dernier par peur de représailles. Il aide alors le gouverneur à emprisonner les pirates. Anne ne supportant pas cette nouvelle facette de son mari, elle décide de le quitter. Après quelques aventures, elle rencontre Jack Rackham qui, comme elle, a refusé de se soumettre et continue la piraterie. Ils prennent alors la mer. Et c’est ensuite qu’elle rencontre Mary Read.

b_mary_read_anne_bonny_calico_jack-500x374© Chris Collingwood

Les deux femmes se lient évidemment très vite d’amitié, se rendant vite compte, l’une comme l’autre, de leur nature malgré leurs habits d’hommes. On leur prête alors une relation amoureuse…

Elles sont toutes les deux capturées en octobre 1720 lors de la prise de leur navire par les officiels britanniques. Elles évitent la potence en annonçant leur grossesse (ce qui permettait d’éviter d’être pendue à l’époque). Mary Read meurt dans sa cellule d’une maladie inconnue (soit d’une fièvre, soit d’une fausse couche). Quant à Anne Bonny, on ne trouve aucun papier attestant sa pendaison. Il est possible qu’elle ait pu échapper à la potence grâce à l’argent de son père.

Les deux femmes ont forgé leur légende sur leur courage, leur envie de liberté mais aussi sur leur côté sanguinaire. Elles étaient d’ailleurs réputées pour l’être plus que les hommes. Elles défiaient aussi les pirates, alors tous des hommes. Mary Read avait pour habitude de révéler sa féminité aux hommes juste avant de les tuer. Elle leur prouvait ainsi qu’une femme pouvait être aussi forte qu’un homme.

Lors de la capture de leur navire par les officiels, Mary Read et Anne Bonny étaient les seules à être restées sur le pont pour défendre leur navire. Selon la légende, elles auraient crié au reste de l’équipe, qui s’était déjà rendu : « Venez vous battre comme des hommes ».

Petite anecdote : les personnages de Mary Read et Anne Bonny sont présents dans Assassin’s Creed IV: Black Flag.

Le livre Lady Pirate de Mireille Calmel

Le livre comporte deux volumes. J’ai tout de suite accroché à cette histoire romanesque qui conte donc l’histoire d’une femme pirate au XVIIIième siècle. Car le livre se concentre principalement sur Mary Read.

J’ai été transcendée (non je n’exagère rien) par le portrait qu’en a fait la romancière. Mary est décrite comme une femme éprise d’indépendance à tel point qu’elle peut en paraître égoïste. Mais elle suit juste sa destinée, et son envie de prendre la Mer, et rien ni personne (même pas un homme) n’aurait pu l’en empêcher. Je pense d’ailleurs qu’il faudrait vraiment mettre en avant ce genre de héros féminin. Cela montrerait aux filles qu’elles aussi peuvent rêver en grand et donc faire de grandes choses dans la vie, tout comme les hommes. En ayant les mêmes « qualités », mais aussi les mêmes « défauts »…

La romancière donne aussi aux deux femmes un lien de parenté. Bien que les deux femmes n’aient en réalité aucun lien entre elles, l’idée est assez intéressante. En effet, qu’il y ait eu deux femmes pirates à la même époque et qu’elles aient toutes deux autant marqué l’Histoire est impressionnant.

De plus, elle entoure cette histoire vraie de vengeance, d’une quête de trésor, de rencontre avec des personnages fascinants.  Car, il faut l’avouer l’histoire est énormément romancée. Mais sincèrement j’ai été prise dans le récit du début jusqu’à la fin!

Lady Pirate, T1 Les valets du Roi, Mireille Calmel, XO éditions, 400 p, 20,90 €.

Lady Pirate, T2 La parade des ombres, Mireille Calmal, XO éditions, 496 p, 21,90 €.

Article initialement publié sur le blog Desexefeminin.

Tags from the story
Written By

Passionnée par l'écriture, j'ai fait des études de journalisme et me voilà maintenant journaliste freelance et rédactrice (c'est un peu comme une vie de saltimbanque avec de la déontologie et un peu de sérieux en plus!). Parfois aussi je prends ma caméra et j'arrive même à en faire des reportages.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *