Festival Couleur Café 2014

Cette édition 2014 ne semblait ni mobiliser les foules ni susciter un enthousiasme inconsidéré auprès des aficionados. J’en prends pour preuve les tickets combos 3 jours disponibles jusqu’à la dernière semaine. L’effet Coupe du monde au Brésil? La faute à une programmation vue et revue sur le sol belge? Une édition très (trop?) « reggae » ou encore la concurrence de plus en plus rude d’autres festivals pendant l’été? Alors flop ou succès pour cette édition 2014? Voilà ce qui m’a éclaté à Couleur Café cette année, à vous de juger!

VENDREDI

Il ne fallait pas arriver en retard sur la plaine de Tour & Taxis. Début en fanfare avec Dilated People, un groupe de hip hop issu de la scène underground californienne. Ils tournent depuis plus de 20 ans et c’était vraiment parfait pour se mettre dans le bain… ou avant de se faire doucher par la pluie. Vous reconnaîtrez peut être le morceau suivant? Si vous aimez, leur premier album depuis 2006 sort dans les prochains mois.

Ensuite, il a fallu trouver un abri pour éviter le déluge. Parfois le hasard fait bien les choses… C’est justement à dame Morcheeba de faire son entrée en scène. Une vraie diva made in UK. Je ne l’avais plus vue depuis les années nonante et elle est toujours aussi envoûtante sur scène.

Et là l’enchaînement pour certains de Girls in Hawai et Puggy tandis que j’en ai profité pour aller au food village et manger mon petit plat camerounais. L’appétit ouvert, je me suis réfugié, mojito à la main, sous un chapiteau pour me déhancher sur Parov Stelar Band. Mon concert préféré du vendredi avec les Dilated People.

Pour bien finir la soirée en dansant, l’éternel Basement Jaxx ainsi que les Bruxellois de Soldout programmés à la même heure ont compliqué le choix de nombreux festivaliers. Beaucoup ont donc opté comme moi pour une partie des deux concerts.

SAMEDI

Après un réveil difficile le samedi comme toutes les années, on reprend le métro pour se rendre à Tour & Taxis et prolonger la fête de la veille.

Nous étions nombreux à vouloir voir Keziah Jones pour commencer le festival en beauté mais la pluie a vraiment refroidi les ardeurs d’une grande partie du public qui s’est réfugié comme il pouvait en attendant que l’orage passe. L’artiste a tenu son concert sans broncher avec une voix soul venue du Nigéria comme on n’a pas souvent l’occasion d’en entendre.

Ensuite, le public s’est dispersé entre le reggae de Burning Spear ou le hip hop de Chance The Rapper alors que d’autres ont vu le Brésil se qualifier pour les 1/4 de finale en battant le Chili qui ne manquait pas de soutien dans la foule.

De mon côté, j’ai ensuite opté pour une nouvelle soirée dansante en réalisant l’enchaînement de The Subs et Chinese Man alors que ceux qui voulaient se faire envoûter ont plutôt pris le parti d’aller voir Ben Howard et Tricky.

Mention spéciale pour le chanteur des Subs ultra motivé au niveau du show puisqu’il s’est offert un petit stage dans la foule. Et je ne vous parle pas de son costume et de son attitude générale. Complètement déjanté!

DIMANCHE

Sans nous en rendre compte, nous sommes déjà au dernier jour et on se dit que ce Couleur Café est vraiment bon musicalement malgré la météo capricieuse. On a prévu son K-way et ses bottes car on ne veut pas se faire avoir une fois de plus par la pluie mais finalement le soleil pointe le bout de son nez pour ne plus déloger et nous narguer dans nos combinaisons étanches.

Et c’est justement sous ce soleil que ce Couleur Café passe définitivement de l’affiche controversée à la programmation réussie.

Vous aimez le Rock? Le Reggae? La Soul? Le Funk? Le Hip Hop? L’Electro? Il y a de tout une fois de plus et du bon dans tous les genres à Couleur Café.

Pour les rastas en herbe, Alpha Blondy a ressorti son classique Brigadier Sabadi et ses tubes qui mettent toujours de bonne humeur.

Pour les fans de gratte, que ce soit John Butler Trio ou Gabriel Rios, il y a eu de l’émotion. Le chanteur belgo portoricain a ému le public malgré sa voix légèrement tremblante et une crampe à la main sans doute causée par le stress. Les spectateurs présents étaient sous le charme de ce beau gosse qui a fait crier les femmes. Pour ma part, je passais par hasard et il m’a vraiment touché également alors que je ne suis pas un grand fan de ce type de concert en festival. Si vous aimez, ça doit être une vrai tuerie en acoustique. Il repasse en Belgique en 2014.

Et finalement, le meilleur était pour la fin. Ce n’était pas Magnus avec Tom Barman de Deus. Magnus j’adore en mp3 mais le live m’a fort déçu… Par contre, Jurassic 5 a tenu toutes ses promesses et foutu le feu à Couleur Café pour un finish en beauté. Mais juste avant, ma surprise et mon coup de cœur de cette édition. Une légende que je ne connaissais pas et que je suis content d’avoir vue au moins une fois dans ma vie: Bootsy Collins.

Bootsy Collins est le roi du funk. Né en 1951, ce bassiste chanteur et compositeur de génie a commencé sa carrière avec James Brown. La légende dit que sous acide, une dispute a éclaté entre eux et que c’est pour cette raison que leurs routes se dissocièrent. Si vous connaissez les Parliaments, George Clinton et Funkadelic, vous avez déjà entendu Bootsy Collins. En dehors de sa carrière solo, il a plus récemment collaboré avec Snoop Dog ou encore Fat Boy Slim.

Quand je vous disais qu’il s’agit d’une légende « Made in America ». Son entrée sur scène à Couleur Café vaut celle d’Apollo Creed dans Rocky 4 pour ceux qui ont vu le film de Sylvester Stalone. La suite se passe en images. Rendez-vous l’an prochain à Tour & Taxis pour de nouvelles aventures.

Tags from the story
Written By

"Follow the white rabbit..."

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *