Fluctuat nec mergitur… à la belge!

Il est des livres pour lesquels un rituel lecture s’impose de lui-même. Ce sont ceux que l’on appelle les beaux livres, qui garnissent fièrement notre bibliothèque et que nous nous réservons le plaisir de déguster patiemment, calmement, au moment opportun. Les explorateurs belges, récemment publié aux éditions Mardaga, est de ceux-là.

Alban van der Straten, philosophe et politologue, également auteur de livres d’histoire, a rassemblé en quelque 400 pages un travail de recherche incroyable sur des hommes qui, mus par le goût de l’aventure et l’envie de repousser les frontières, sont partis à la conquête de mondes inconnus. De Guillaume de Rudbrouck à Adrien de Gerlache, il dresse le portrait de 40 hommes au destin particulier, explorant une période qui s’étend du XIIIe au XXe siècle.

Des explorateurs belges avant 1830 ? L’anachronisme en frappera certainement plus d’un. L’auteur s’en défend en ces termes : “ce problème est uniquement le nôtre, obnubilés que nous sommes par le mythe d’une identité stable et univoque. […] L’identité, jadis comme aujourd’hui, est une affaire multiple, faite de nuances et d’influences diverses”.

L’ouvrage se construit autour de six chapitres chronologiques, de l’histoire des précurseurs du Moyen Âge et de la Renaissance à celle, au XXe siècle, des électrons libres en quête de leur propre destin, en passant par celle des navigateurs du siècle d’or néerlandais, des missionnaires jésuites en Chine, des pionniers d’Amérique du Nord ou encore des explorateurs du Congo. Les grands thèmes, indissociables à celui de l’exploration, reprennent croisades, conquêtes et colonisation, et leurs désastreuses – mais également bénéfiques – conséquences. Mais plus encore, c’est la passion de l’aventure, le goût de la découverte, l’aspiration ardente d’aller “plus oultre” qui animent tous nos hommes.

Chacun des chapitres aborde un personnage, retrace son parcours, et bien sûr, son périple vers l’inconnu et toutes lés péripéties qui l’accompagnent :  ses découvertes étranges, ses rencontres inopinées, ses succès, ses doutes, ses déboires, ses échecs. Mais aussi le formidable apport de connaissances sur le monde et ses cultures dont il fut acteur. Car au-delà des sphères politiques et commerciales, le dénominateur commun aux grandes explorations est bien l’expérience humaine, celle de la rencontre avec l’autre.
Le récit est fondé sur les témoignages des explorateurs eux-mêmes, au plus près de leur vécu. C’est un vrai plaisir de pouvoir lire, retranscrites depuis leurs journaux de bord, lettres et mémoires, les lignes de nos lointains compatriotes, et d’apprendre ainsi le rôle méconnu (inconnu, osons le dire!) qu’ils ont joué dans la découverte du monde.

Une autre grande force du livre d’Alban van der Straten est d’illustrer ses textes de peintures, gravures, dessins, photographies et autres documents originaux. Le voyage se fait donc par le récit, mais également par les cartes d’époque.

Les explorateurs belges est un ouvrage passionnant, dont on aime savourer pleinement chaque chapitre, tant il est riche d’histoire, de découverte et d’aventure. Une magnifique invitation au voyage!

Les explorateurs belges, par Alban van der Straten, Mardaga, 400p., 35€

Tags from the story
Written By

Culturellement plutôt classique, mais toujours ouverte à de nouveaux horizons.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *