Fluctuat nec mergitur (let’s hope, at least!)

En ces temps de crise (oui, on vous bassine avec la crise depuis des millénaires, je sais, moi aussi j’en ai marre), d’aucuns font preuve de prudence en cachant leurs économies sous leur matelas alors que d’autres risquent le tout pour le tout en se prêtant au jeu fluctuant de la bourse.

Moi, personnellement, j’ai toujours été un peu réticente à tout ce qui était inconsistant. Les gens, les jeux, les livres; l’inconsistance m’horripile. Il me faut du concret, quelque chose sur lequel je peux tabler, compter, qui ne va pas passer du blanc au noir et inversement en deux temps trois mouvements. Pourtant, de nos jours, il paraît qu’une certaine flexibilité est de mise. Car il n’y a plus de normes, plus de réalité sur laquelle on peut se baser. Tout est mouvant, comme les sables et tout avance si vite que même le guépard est dépassé.

Bref, être un peu vieux jeu, réfractaire aux fluctuations, aux allées-et-venues, tout ça, c’est plus vraiment à la mode, il paraît. Voire même un peu dépassé. En gros, je suis dépassée (et pas forcément par les événements). Ce qui fait que depuis quelques temps, je me remets quelque peu en questions. Eh bien, oui, peut-être est-ce à moi de m’adapter, de m’acclimater à ce monde où les gens, l’argent, le travail, la vie vont et viennent sans crier gare (sans quoi tu serais descendu avant l’embardée, for sure).

Et du coup, peut-être que mes millions cachés sous mon matelas, je devrais les jouer en bourse (en tout cas, une chose est sûre, j’ai intérêt à changer de cachette avant que vous veniez me les « emprunter »).

Après tout, c’est pas parce que c’est la crise qu’on doit tous pratiquer la politique de l’austérité, n’est-ce pas? Voilà le message que TreeTop essaie vraisemblablement de faire passer avec ses nouvelles publicités et notamment celle-ci, concernant La Panne et Palm Beach.

Bon, si ce bobo prétentieux ne me donne pas envie d’aller à son Palm Beach en carton pour un sou et que je suis loin d’être certaine qu’il m’ait convaincue à placer mon argent, il a au moins le mérite de m’horripiler au point de me dire que « Fuck, moi aussi, la Panne et son temps gris, ça me casse les bonbons ! C’est quand les vacances, hein? ».

Du coup, je ne sais pas pourquoi mais j’ai comme l’impression que je vais rapidement investir… dans l’achat d’un super billet d’avion destination soleil !

Written By

I'm always curious about new things, I love learning and I'm a creative person. That means I need to use my creativity to feel good and happy. That's why I've created Culture Remains and my other website, Naïra.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *